BFM Business

McDonald's égratigné par le gouvernement

McDonald's s'est doté d'une charte agroécologique

McDonald's s'est doté d'une charte agroécologique - Kenzo Tribouillard - AFP

A deux jours du salon de l'Agriculture, le ministre a égratigné le groupe américain dans le cadre d'une interview à l'AFP, ce jeudi 19 février. Stéphane Le Foll reproche à McDonald's de faire de l'agroécologie "un slogan marketing".

A deux jours de l'ouverture du salon de l'Agriculture, Stéphane Le Foll s'en prend à McDonald's. La chaîne de restauration rapide américaine, qui possède un stand au salon, communique sur son engagement en faveur de l'agroécologie, mode de production qui vise à concilier la performance économique et environnementale.

Ce qui n'est pas du goût du ministre de l'Agriculture. "McDonald's, c'est un sujet sur lequel on a engagé une réflexion. Le concept d'agroécologie pose la question des modèles de production pour combiner la dimension environnementale avec la dimension de production", explique-t-il, dans un premier temps, dans un entretien à l'AFP, ce jeudi 19 février.

L'agroécologie n'est "pas un slogan commercial"

"Et ce dont on s'aperçoit maintenant, c'est que ce concept peut être repris pour être un argument commercial. Là c'est vrai qu'on a été un peu rattrapé par la patrouille. Alors est-ce qu'on va aller vers un système de labellisation de l'agroécologie ou pas ? J'avoue que je ne voudrais surtout pas qu'on dévoie le projet lui-même", poursuit Stéphane Le Foll.

Avant de conclure: "L'agroécologie c'est d'abord la question des agriculteurs, une question de technique agricole, ce n'est pas un slogan commercial".

Dans sa "charte qualité agroécologique 2010-2020", McDonald's France explique avoir "mis en place un modèle original de relation aux filières agricoles" qui "permet de garantir aux clients des aliments d'une qualité irréprochables". Le groupe explique respecter de nombreux engagements, parmi lesquels une réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à celles de 2005.

Le salon de l'Agriculture ne sera "pas un soleil très brillant"

Dans cette même interview à l'AFP, Stéphane Le Foll reconnaît que le salon de l'Agriculture arrive à un moment difficile pour le secteur. "C'est vrai que ça se passe dans un contexte où les difficultés sont présentes sur les marchés, en particulier avec des prix qui ne sont pas suffisamment rémunérateurs. Je pense aux filières animales et particulièrement la filière porcine, les fruits et légumes cet été", affirme-il. "Je ne peux pas dire que ce salon soit un soleil très brillant", confie-t-il.

Avant de poursuivre "J'espère (être bien reçu), dans un contexte qui est difficile. Mais je ne fais pas de pari, on fait ce qui doit être fait pour apporter des solutions, même si c'est pas toujours facile".

J.M. avec AFP