BFM Business

Les producteurs français de foie gras ont bien résisté malgré la grippe aviaire

-

- - Nicolas Tucat / AFP

La montée en gamme a notamment permis aux professionnels de maintenir la valeur des ventes à un niveau stable.

Les producteurs de foie gras ont confirmé mercredi avoir bien résisté en 2017, après deux épidémies successives de grippe aviaire, qui ont mis à mal la filière.

Malgré une chute de production de 20%, la profession a réussi à contenir la baisse des ventes à -12,8% en volumes grâce aux stocks existants, a indiqué le comité interprofessionel des palmipèdes à foie gras (Cifog), lors d'un point presse.

Mais surtout, grâce à une stratégie de montée en gamme, les ventes en valeur sont restées stables en 2017, progressant de 1%. Cette "'premiumisation' (montée en gamme, ndlr) des grandes marques" résulte, selon Marie-Pierre Pé, directrice générale du Cifog, de la "hausse des coûts de production tout au long de la chaîne", due à la mise en place des mesures de sécurité destinées à endiguer la propagation de maladies.

Un excédent commercial en hausse de 2%

En 2016, la profession avait déjà subi une baisse similaire de 20% de la production de palmipèdes à foie gras. Il s'agit du résultat des attaques de virus H5N8 durant l'hiver 2016-17 et H5N1 en 2015-16 dans les départements du Sud-Ouest.

Malgré cela, la filière a vu son excédent commercial augmenter de 2% en valeur, à 22,9 millions d'euros. "On est quand même encore loin de l'excédent de 57 millions en 2015", a reconnu Marie-Pierre Pé.

Néanmoins, les producteurs de foie gras espèrent retrouver ce niveau d'excédent et même allègrement le dépasser dans les prochaines années, avec un plan de filière à cinq ans.

J.-C.C. avec AFP