BFM Eco

Le ticket de caisse des Français au drive s'est encore alourdi

Lors de la 7e semaine de confinement, les prix moyens en rayons étaient en nette hausse, alors que les ruptures de stocks se réduisaient, selon l'UFC-Que Choisir

Lors de la 7e semaine de confinement, les prix moyens en rayons étaient en nette hausse, alors que les ruptures de stocks se réduisaient, selon l'UFC-Que Choisir - Jean-Philippe Ksiazek - AFP

Les produits proposés en drive ont vu leur prix grimper de 3,20% par rapport aux semaines précédant le confinement, selon le relevé effectué par l'UFC-Que Choisir. Pour les fruits et légumes, la hausse moyenne s'élève à 11%.

Remplir son frigo et ses placards au drive coûte plus cher, semaine après semaine. Selon les relevés effectués par l'UFC-Que Choisir sur les produits de première nécessité (pâtes, riz, eau, conserves, lait, papier toilette, mouchoirs...) dans 10 enseignes de drive (Cora Drive, Auchan Drive, Drive Intermarché, E. Leclerc Drive, Casino Drive, Mes courses Casino, Courses U Drive, Carrefour Drive, Chronodrive et Colruyt Collect and Go) les prix ont augmenté en moyenne de 3,2% par rapport à la semaine du 2 au 7 mars. 

Mais comme l'explique l'association de consommateurs, cette hausse du ticket de caisse n'est pas directement liée à l'augmentation du prix des articles, mais est imputable aux pénuries. Les références les moins chères d’un produit sont bien souvent en rupture de stock, les clients sont donc contraints de se reporter sur les gammes plus onéreuses.

Moins de pénuries

Néanmoins les rayons sont de mieux en mieux approvisionnés. "Les offres de pâtes, de lait, de papier toilette, de jambon ou encore d’emmental sont revenues à des niveaux normaux", note l'UFC-Que Choisir.

La tension est toujours forte sur le riz, les conserves et les mouchoirs, et la pénurie reste présente sur les produits d’hygiène (savon, gel hydroalcoolique, lingettes pour la maison) ou sur des produits de longue conservation (farine, pain de mie) qui explique cette flambée des prix.

L'UFC-Que Choisir note par exemple que les prix moyens pour les lingettes, savons et farine sont toujours nettement supérieurs à l’avant-confinement, à respectivement +51%, +16% et +13%. C'est donc en mettant ces produits dans leur panier que les Français voient leur note au drive s'alourdir.

De très précieux citrons bio

-
- © -

Les fruits et légumes pèsent aussi dans la note finale (voir le graphique ci-dessus). La variation s'élève à +11% en moyenne. Dans le détails, ils ont augmenté de 7% en conventionnel par rapport à l’avant-confinement, un prix dans la lignée des deux dernières semaines. Mais pour le bio, la hausse est sévère : +16%, avec une hausse record de +29% pour les citrons. 

Pour ces catégories de produits, les hausses s'expliquent par des difficultés logistiques, des soucis pour recruter la main-d’œuvre nécessaire à la cueillette. Il y a également davantage de produits français en rayons, plus onéreux que les produits importés.

Coralie Cathelinais