BFM Business

Le monopole d'Apple Pay pour le paiement mobile sur iPhone est contesté en Europe

Les applications de paiement mobile des banques, disponibles sur iPhone ou Apple Watch, doivent passer par Apple Pay pour accéder directement à la puce sans contact du géant californien.

Les applications de paiement mobile des banques, disponibles sur iPhone ou Apple Watch, doivent passer par Apple Pay pour accéder directement à la puce sans contact du géant californien. - Justin Sullivan-AFP

Une loi votée par le parlement allemand (Bundestag) va obliger Apple à faciliter l'accès des banques à sa technologie sans contact sur iPhone pour développer le paiement mobile. Par ailleurs, la Commission européenne scrute le système d'Apple qu'elle suspecte d'enfreindre les règles de concurrence.

En verrouillant l'accès à sa technologie de paiement sans contact et en imposant l'utilisation d'Apple Pay sur iPhone (et sa montre connectée), Apple rencontre en Europe une opposition croissante des autorités en charge de la concurrence et de certains législateurs comme en Allemagne.

Outre-Rhin, après les pressions exercées par les banques et caisses d'épargne du pays, la chambre basse du Parlement (Bundestag) a introduit la semaine dernière un amendement dans une loi anti-blanchiment. Ce texte refuse qu'Apple réserve l'exclusivité de sa technologie sans contact NFC sur iPhone à son système de paiement Apple Pay puisse qu'il est impossible d'utiliser un système concurrent, comme Samsung Pay ou Google Pay.

Actuellement, pour qu'une banque vous permette d'utiliser l'iPhone pour payer sans contact avec votre carte bancaire, celle-ci doit signer un accord avec Apple qui suppose l'engagement de dépenses en plus des frais (commissions) qu'elle doit lui rétrocéder à chaque transaction effectuée via Apple Pay. En France, la plupart des grandes banques commerciales (aux notables exceptions du Crédit Mutuel et du Crédit Agricole) ont fini par signer et à en passer par les fourches caudines du géant américain.

Apple évoque un problème de sécurité des paiements

Avec la loi votée outre-Rhin, Apple pourrait être obligé d'ouvrir sa technologie sans contact à toute banque souhaitant librement utiliser pour ses propres systèmes de paiement mobile, sans en passer par de longues, complexes et coûteuses négociations avec la firme californienne. Le Bundesrat (chambre haute du parlement allemand) doit encore adopter le texte avant qu'il ait force de loi et s'impose à Apple.

Celui-ci n'a pas manqué de dénoncer le texte législatif puisqu'en brisant le monopole d'Apple Pay dans l'iPhone, cette loi priverait Apple de revenus conséquents.

"Nous sommes surpris par la soudaineté de ce processus législatif. Nous craignons que cela rende non seulement moins aisés les paiements, mais pose également un problème de sécurité des données financières et des données tout court des utilisateurs", a réagi officiellement le géant américain, dans une déclaration rédigée par courrier électronique.

Apple Pay dans le viseur de la Commission européenne

"Nous sommes impatients de collaborer avec le gouvernement allemand pour l'aider à comprendre notre approche technique et nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec les régulateurs européens ", a-t-il ajouté.

En effet, Apple Pay est aussi dans le collimateur de la Commission européenne. La commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, a récemment déclaré:

"Nous avons posé pas mal de questions car nous avons pas mal d'inquiétudes en ce qui concerne Apple Pay pour des raisons de concurrence".

L'Europe pourrait donc n'être pas sans nuages pour l'avenir du paiement mobile d'Apple, élément clé de sa stratégie pour se développer dans les services en ligne payants et moins dépendre des ventes d'iPhone.

Frédéric Bergé