BFM Business

Le lait équitable à la française, un modèle pour les éleveurs de porc?

Les producteurs de lait parviennent à vendre leur lait plus cher sous le label FaireFrance.

Les producteurs de lait parviennent à vendre leur lait plus cher sous le label FaireFrance. - FaireFrance

Pour vendre leur lait plus cher tout en sensibilisant le consommateur au concept de juste rémunération, des agriculteurs ont créé le label FaireFrance. Une démarche qui a séduit les consommateurs.V

La crise du porc se poursuit, alors que les industriels et les producteurs sont en plein bras de fer autour des prix de la denrée. Les deux plus gros acheteurs français, la Cooperl et Bigard, refusent toujours de participer à la cotation de la viande bretonne, qu'ils estiment trop cher. Une impasse? Dans un autre secteur agricole, des producteurs de lait, ont su faire preuve de créativité pour maintenir des prix de vente satisfaisant.

Ils se sont organisés pour créer un partenariat européen: le label FaireFrance. Les bouteilles qui portent cette estampille doivent mieux rémunérer les agriculteurs. Ceux qui participent à cette démarche perçoivent 10 centimes de plus par litre de lait produit. Et surtout, toute la chaîne de distribution bénéficie de ce prix supérieur.

Sophie, agricultrice de 48 ans dans l'Oise fait partie des 800 agriculteurs qui adhèrent à ce label européen. "Bon, équitable" c'est le slogan. Mais il ne précise pas que le lait devient plus cher: le litre est vendu environ 1 euro, soit près de 40 centimes de plus qu'une bouteille ordinaire. Leur argument de vente: tout le monde s'y retrouve, de l'agriculteur au distributeur.

"Il n'y a pas moins d'intermédiaires, mais chacun d'entre eux est correctement rémunéré", indique l'éleveuse. "L'industriel touche davantage que sur un lait ordinaire, la grande-distribution a une meilleure marge, et nous agriculteurs, on perçoit davantage. On a vraiment voulu dire qu'un lait à 60 centimes n'est rémunérateur pour personne", précise-t-elle.

Pour mettre en place ce système, les agriculteurs ont géré eux-mêmes tous les aspects du lancement de cette opération, du démarchage des distributeurs à l'emballage du produit, en passant par le transport et le marketing. Leurs efforts ont payé. Des géants de la distribution comme Carrefour, Leclerc ou encore Auchan ont accepté de jouer le jeu.

Pour Didier Helevaut, responsable commerce d'une grande surface, cette initiative peut être une réponse à la crise du lait. "Au démarrage, nos ventes restaient plutôt confidentielles. Mais aujourd'hui, les sorties sur ce produit sont très intéressantes", se félicite-t-il. Un succès qui s'explique vraisemblablement aussi par la proximité des producteurs, qui exploitent leurs fermes dans les environs des magasins où sont vendues leurs bouteilles de lait FaireFrance.

Pour autant, les éleveurs le martèlent: cette initiative doit être une solution provisoire. Elle ne pourra pas remplacer un accord sur les prix du lait, à l'échelle européenne. Un accord qu'ils appellent de leurs vœux.

Hadrien Bect et William Faivre, édité par N.G.