BFM Business

L'inflation commence à arriver dans les rayons de la grande distribution

Les grandes surfaces distribuent déjà 32.000 tonnes d'invendus aux banques alimentaires.

Les grandes surfaces distribuent déjà 32.000 tonnes d'invendus aux banques alimentaires. - Remy Gabalda - AFP

Les prix des produits de grande consommation ont augmenté pour la première fois depuis 2019, surtout ceux des marques de distributeurs et des premiers prix. Les pâtes et les desserts surgelés sont particulièrement touchés.

Pour la première fois depuis février 2019, les prix des produits de la grande consommation (PGC) ont augmenté de 0,04% en novembre, selon les données de l'Iri, un institut d’études spécialisé dans la consommation. Une mauvaise nouvelle dans un contexte où les Français s'inquiètent pour leur pouvoir d'achat, notamment depuis la flambée des prix de l'énergie.

Des disparités existent selon les types de marques. Alors que les prix des produits des marques nationales sont restés stables sur le mois de novembre (-0,01%), ceux des marques de distributeurs (MDD) ont augmenté de 0,18%, et même de 0,23% pour les produits de premiers prix (PXX). Sur un an, l’inflation sur les premiers prix atteint même +0,78%, soit la plus forte augmentation pour un type de marque.

"Les distributeurs ont davantage la main sur les prix qu'ils pratiquent", expliquait il y a quelques semaines à France 3 Emily Mayer, spécialiste de la grande consommation chez Iri. Ensuite, "dans un produit de marque de distributeur, le prix de la matière première va être un peu plus dominant".

Les pâtes et les desserts surgelés très affectés par la hausse des prix

Cette hausse des prix serait liée à "l'envolée des coûts, que ce soit des matières premières comme le blé, mais aussi du carton, des emballages, et bien sûr de l’énergie et des transports", précise au Parisien Emily Mayer. En France, l'inflation a atteint 2,8% sur un an, selon la dernière estimation datée de novembre de l'Insee, qui était de 2,6% en octobre.

Les cinq produits qui ont le plus augmenté sur un an selon Iri sont les desserts et pâtes surgelés (+4,38%), les pâtes alimentaires (+3,78%), les fromages (poids fixe) au rayon coupe (+3%), les eaux de vie et fruits à l'alcool (+2,68%) et les produits élaborés de volaille (+2,66%).

Des hausses de prix à "relativiser". Pour les pâtes par exemple, la différence ne représente que quelques centimes sur le prix payé par le consommateur, rappelait en août Christiane Lambert, la présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

/
/ © IRI

A noter, si les prix des produits alimentaires ont augmenté de 0,04% sur le mois de novembre, ils restent en baisse sur les 12 derniers mois, à -0,22%, même s'il faut noter que la déflation ralentit puisqu'en octobre, elle était à -0,49% sur un an. Selon Emily Mayer d'Iri, "le consommateur a souvent le sentiment que les prix s’envolent, même quand les chiffres ne le confirment pas."

Une hausse des prix par ailleur bien moindre que chez nos voisins. En Allemagne, l'inflation s'est établie à 5,2% sur un an en novembre. Avec une hausse de 7,9% pour les biens dont 4,5% pour les produits alimentaires.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech