BFM Business

L'assureur de smartphones SFAM écope d'une amende salée et devra rembourser les clients lésés

-

- - -

SFAM, spécialiste notamment de l'assurance de smartphone, a écopé pour des pratiques commerciales trompeuses, d'une amende de 10 millions d'euros infligée par les services de la répression des fraudes (DGCCRF). L'assureur devra aussi rembourser les clients floués.

Dans le viseur d'UFC-Que Choisir pour ses pratiques commerciales abusives, l'assureur SFAM, spécialiste de l'assurance pour smartphones, a été sanctionné d'une lourde amende. Avec l'accord du procureur de la République de Paris, une importante amende transactionnelle, proportionnée à la gravité des pratiques, de l'ordre de 10 millions d'euros, a été proposée au groupe SFAM qui l'a acceptée.

"En outre, le groupe procèdera à l'indemnisation des consommateurs ayant formulé, avant le 31 août 2019, une réclamation", se félicite la DGCCRF (direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes).

La DGCCRF, qui a perquisitionné fin 2018 le siège de la SFAM, assure par la voix de son directeur de cabinet Loïc Tanguy que les pratiques visées sont "plus graves" que celles qui avaient valu au géant américain Amazon une amende d'un million d'euros en février 2017.

Un millier de plaintes avait été déposées

Plus d'un millier de plaintes avaient été déposées ces derniers mois par des consommateurs qui estimaient avoir été trompés le plus souvent au moment de l'achat d'un téléphone portable ou d'une tablette. En signant des documents en vue de bénéficier d'une réduction sur le prix d'achat, ils souscrivaient un contrat d'assurance au bénéfice de la SFAM.

"Sous couvert d'une offre de "30 euros remboursés" apposée sur l'étiquette du produit, et d'un discours commercial de certains vendeurs bien peu éclairant, les consommateurs se voient très fortement incités à souscrire à l’assurance SFAM lors de l’achat de produits high-tech, cette assurance ayant même parfois tout simplement été imposée", expliquait UFC-Que Choisir le 30 août 2018.

SFAM est le deuxième actionnaire de Fnac-Darty

L'association de consommateurs justifiait ainsi sa plainte auprès du tribunal de grande instance de Paris, pour pratiques commerciales qui pourraient être jugées trompeuses et agressives, à l'encontre de la SFAM et la Fnac dont les vendeurs diffusaient les contrats d'assurance litigieux. Avec 11% de son capital, la SFAM est en effet le deuxième actionnaire du groupe Fnac-Darty et son PDG, Sadri Fegaier, est à la tête de quatre magasins Fnac en franchise, selon l'association de consommateurs.

Basé à Romans-sur-Isère (Drôme), SFAM est désormais engagé dans une duplication à l'étranger de son "modèle", qui lui a valu de connaître une très forte croissance depuis sa création. L'assureur vise un volume d'affaires de 740 millions d'euros en 2019. Le groupe compte aujourd'hui 1600 collaborateurs et prévoit de recruter en 2019 un millier de personnes, rien qu'en France.

Frédéric Bergé avec AFP