BFM Business
Conso

Gilets jaunes: les commerçants parisiens déplorent des soldes d'hiver décevants

L’activité des commerçants parisiens a été fortement freinée par les manifestations hebdomadaires des gilets jaunes se déroulant dans la capitale depuis mi-novembre 2018.

L’activité des commerçants parisiens a été fortement freinée par les manifestations hebdomadaires des gilets jaunes se déroulant dans la capitale depuis mi-novembre 2018. - Fred Tanneau-AFP

Pour 66% des commerçants parisiens, le résultat des soldes d'hiver 2019 est inférieur à celui de l’année dernière. Ce sont les manifestations des gilets jaunes qui expliquent ces mauvais résultats pour 75 % de ces commerçants cités par l’enquête de l'Observatoire économique régional de la CCI Paris Ile-de-France.

Les soldes d'hiver, qui ont débuté le 10 janvier, n'ont pas réussi à attirer les clients à Paris. Selon l'enquête menée par le CROCIS de la CCI (chambre de commerce et d'industrie) de la région Paris-Ile-de-France sur l’ensemble des arrondissements parisiens, 71 % des commerçants n’ont enregistré au mieux que 20 % d’augmentation de leur chiffre d’affaires par rapport à un mois normal. Pour 66 % d’entre eux, ce résultat est inférieur à celui de l’année dernière. "Ce sont les manifestations des gilets jaunes qui expliquent ces mauvais résultats pour 75 % de ces commerçants" explique cette étude.

Aux manifestations s’ajoute un contexte morose en raison des nouveaux comportements des consommateurs qui effectuent des arbitrages budgétaires en défaveur des achats de chaussures et d’habillement, notamment. "C’est ce qui explique un panier moyen pendant les soldes inférieur à l’année dernière pour 55 % des commerçants" ajoute l'enquête de la CCI de Paris-ile-de-France.

-
- © -

Lucides, les commerçants regrettent la valse des promotions tout au long de l’année qui diminue l’intérêt des soldes pour les clients. "Nous avons creusé notre propre tombe avec ces promotions incessantes, aujourd’hui les clients n’acceptent plus d’acheter hors promotion, ils ont l’impression de se faire avoir" soulignent des commerçants parisiens interrogés dans l'enquête.

Quant à l'avenir immédiat, 69 % des commerçants se déclarent optimistes pour la saison printemps-été, mais sous réserve. En effet, si les manifestations devaient perdurer, "81 % jugent qu’elles auraient un impact négatif (28 %) ou très négatif (53 %) sur leur activité. 81 % d’entre eux redoutent l’impact sur leur activité d’une éventuelle prolongation de ces manifestations dans les semaines à venir" explique ce document.

Frédéric Bergé