BFM Business

Galeries Lafayette va céder en franchise 22 magasins de province

Un accord a été conclu.

Un accord a été conclu. - Ludovic Marin - AFP

Un accord pour accompagner ce projet a été conclu entre la direction et trois syndicats. Il garantit l'emploi pendant deux ans.

Un accord visant à accompagner le projet des Galeries Lafayette de céder en franchise 22 magasins de province, garantissant l'emploi pendant deux ans, a été conclu entre la direction et trois syndicats. Cet accord a été signé par trois des quatre syndicats représentatifs (CGT, CFDT et CFE-CGC), FO ne le paraphant pas. Il fixe un socle minimum de garanties à respecter par un candidat à la reprise.

C'est "un moyen d'encadrer la réflexion sur les mesures sociales" et de "définir les principes directeurs d'accompagnement", pour "un projet potentiel d'affiliation", a indiqué à l'AFP un porte-parole des Galeries Lafayette. Le texte précise que les signataires "entendent faire des aspects sociaux du projet de cession un élément structurant du cahier des charges" soumis au repreneur.

Celui-ci devra notamment s'engager à maintenir les emplois pendant deux ans, sauf circonstances exceptionnelles, ainsi que le "niveau global" de salaire (comprenant les primes d'ancienneté, de fin d'année et de vacances). Le texte prévoit aussi une prime de transfert de 600 euros brut pour les salariés en CDI et une "priorité" accordée aux mutations en interne avant la cession, aux ré-embauches jusqu'à un an après.

Garantie de maintien de l'emploi insuffisante pour FO

FO a expliqué à l'AFP son refus de signer par une garantie de maintien de l'emploi insuffisante au regard des "36 mois demandés". Le syndicat a aussi jugé "scandaleuse, par rapport aux moyens des Galeries Lafayette", la prime de transfert de 600 euros.

Récemment, dans le cadre de la cession de Bricorama aux Mousquetaires, une prime de transfert de 1300 euros a été négociée. Les Galeries Lafayette avaient annoncé mi-novembre en comité central d'entreprise (CCE) ce projet de cession, qui porte sur près de la moitié de leur parc en province et concerne quelque 950 salariés.

Dans un communiqué, le CCE de l'entité MGL, qui regroupe les 53 magasins des Galeries Lafayette en France sauf le vaisseau amiral du boulevard Haussmann, s'était dit fin novembre "très attentif à la pérennité de l'emploi et aux conditions de travail des salariés". En cas de cession, leurs contrats seront transférés. Les accords collectifs seront maintenus au moins pendant 15 mois ou jusqu'à l'entrée en vigueur d'un nouvel accord.

D. L. avec AFP