BFM Business

Findus digère-t-il mal le Made in France?

Findus a beaucoup communiqué sur le Made in France ces dernières années

Findus a beaucoup communiqué sur le Made in France ces dernières années - Findus

Un comité central d'entreprise doit avoir lieu vendredi chez le spécialiste du surgelé. Les syndicats redoutent que la direction annonce la vente au concurrent Captain Iglo ainsi que la fermeture de son usine de Boulogne-sur-mer.

Avis de tempête chez Findus. L'entreprise de surgelés tiendra vendredi 4 juin un comité central d'entreprise dont les salariés redoutent le pire, comme le rapportent Le Figaro et LSA.

Depuis 2005 et la cession du groupe par Nestlé, ses nouveaux propriétaires (le fonds anglais Lion Capital ainsi que les banques JPMorgan et Highbridge) ont plusieurs fois eu l'intention de vendre.

Une hypothèse qui pourrait devenir réalité dès vendredi, avec l'officialisation de la cession du groupe à son principal concurrent européen Captain Iglo. Le 13 mai dernier, Le Figaro indiquait ainsi que les dirigeants de Findus étaient entrés en négociations avec leur rival pour leur céder la partie France-Europe du Sud à leur concurrent.

Cette dernière décision pourrait selon les représentants du personnel provoquer la fermeture de l'usine de Boulogne-sur-Mer qui emploie 200 personnes.

"Une vente de Findus a Nomad (la maison-mère d'Iglo, ndlr) pourrait signer la fin de Boulogne-sur-Mer à court ou moyen terme. Pourtant, notre outil est compétitif. Mais les sites industriels d’Iglo auraient les capacités de production suffisantes pour absorber la fabrication des produits Findus", explique ainsi Laurent Prévot, délégué CFDT Findus interrogé par LSA.

Une tâche d'huile dans la communication du groupe

"Dans l’idéal, nous souhaiterions être racheté par un fonds français ou asiatique mais il faut éviter ceux qui ont déjà un pied dans l’agroalimentaire et qui pourraient décider de centraliser la production sur des sites industriels leur appartenant'', poursuit-il.

Signe avant-coureur du revirement stratégique opérée par Findus France, celui qui fut le directeur général de l’entreprise pendant 9 ans, Matthieu Lambeaux, avait ainsi annoncé son départ le 4 mai dernier, soit quelques jours avant une réunion interne où James Hill, le directeur général de Findus, aurait évoqué le projet de cession.

La fermeture du site de Boulogne-sur-mer ferait en tout cas tâche d'huile pour un groupe qui avait beaucoup communiqué ces dernières années sur le "Made in France", promettant notamment une "relocalisation progressive de ses productions de poissons à Boulogne-sur-Mer".

J.M.