BFM Business

Et si Barbie se mariait avec Monsieur Patate?

Les fabricants de Barbie et de Monsieur Patate discutent d'un rapprochement.

Les fabricants de Barbie et de Monsieur Patate discutent d'un rapprochement. - Montage BFM Business

Les deux géants américains du jouet, Mattel, qui fabrique la poupée blonde, et Hasbro, le créateur de Monsieur Patate, discuteraient d'un rapprochement. Des négociations entamées fin 2015.

Mattel et Hasbro, les deux géants du jouet discutent d'un rapprochement, selon Bloomberg, qui cite des "personnes proches du dossier". Le dragueur serait le spécialiste des jouets pour garçons Hasbro. Le fabricant entre autres de Monsieur Patate, des petites voitures Hot Wheels et de Monopoly aurait approché celui qui manufacture les Barbie fin 2015 à propos d'une transaction potentielle. Les pourparlers auraient continué depuis. Des discussions qui ne mèneront pas forcément à un deal, ont indiqué les sources de Bloomberg. Officiellement, les deux groupes ne commentent pas.

Le nouveau PDG de Mattel, Chris Sinclair, pourrait bientôt ne plus avoir les moyens de refuser un rapprochement. La firme dont la poupée blonde créée en 1959 a longtemps assuré la prospérité, avec une croissance ininterrompue des ventes, les voit au contraire chuter depuis cinq ans. Sur les 9 premiers mois de 2015, les ventes se sont encore contractées de 15% selon le magazine Challenges. Le géant du jouet voit ses bénéfices fondre depuis deux ans, ce qui a valu sa place fin 2014 au PDG Bryan Stockton.

Hasbro a soufflé la licence Disney à Mattel 

Aucune tentative, de la Barbie ingénieur à la poupée connectée, n'a permis de retrouver le succès. Et l'année 2016 s'annonce d'autant plus difficile que la marque vient de perdre la licence Disney. Au profit, justement, de son concurrent Hasbro, qui l'a arrachée pour 500 millions de dollars. Or les princesses comme La Reine Des Neiges, Cendrillon ou encore Blanche-Neige représentaient pour Mattel plus du quart des ventes de poupée Barbie (722 millions de dollars en 2014 sur un total de 2,6 milliards). Et c'était surtout le segment à la plus forte croissance. Le groupe joue aujourd'hui son va-tout en lançant des Barbie petites et dodues pour tenter de recréer le désir perdu pour la version "top-modèle anorexique".

De son côté, le géant Hasbro a réussi à revigorer les ventes de Mon Petit Poney. Avec l'autre mastodonte, l'européen Lego, ils ont gratté des parts de marché à mesure que Mattel cédait du terrain. Le chiffre d'affaires qu'Hasbro s'apprête à déclarer lundi devrait être en légère croissance, de 4,3 milliards de dollars en 2014 à 4,4 en 2015, selon les estimations de Bloomberg. Et 2016 s'annonce sous les meilleurs auspices pour la compagnie qui devrait toucher le jackpot grâce à la licence du dernier Star Wars : Le réveil de la force. D'autant qu'elle a réagi rapidement à la polémique provoquée par la sous-représentation de l'héroïne du film dans les produits dérivés du film.

Les deux groupes ont déjà parlé d'un mariage, il y a vingt ans quasiment jour pour jour, rappelle Bloomberg. Mais à l'époque, c'est Mattel qui chassait Hasbro, avant de retirer son offre en raison d'un "climat délétère", avait prétexté la marque.

N.G.