BFM Business

Eram cherche un repreneur pour Tati

Malgré tous les efforts de l'enseigne emblématique du boulevard Barbès pour rendre son image plus tendance et relancer ses ventes, ses pertes se creusent. Eram, son propriétaire, a décidé de la céder.

Tati est en vente. En difficultés financières, l'enseigne de vêtements à bas prix va être cédée par son propriétaire, le groupe Eram. Une banque d'affaires a été mandatée pour trouver un repreneur. Après Naf Naf et André, chez Vivarte, c'est donc au tour de Tati, une victime de plus dans le secteur de la mode très concurrencé.

Pourtant, ces dernières années, la marque a multiplié les opérations pour améliorer son image et ses ventes. Ses magasins ont adopté un nouveau look. Ils ont aussi diversifié leur offre: Tati a lancé ses propres collections mode et s'est soumise à la tendance des collab' initiée par H&M, avec une ligne de robes de mariées dessinée par l'ex-monsieur mode de M6, William Carnimolla.

Une image trop discount 

Tati a par ailleurs assuré son développement sur le web avec un site qui référence plus de 15.000 articles. La marque a même accéléré son développement à l'international. Elle est désormais présente en Espagne, en Pologne et au Maroc.

L'enseigne a même tiré un trait sur les bacs à fouille. Mais elle n'a pas su gommer son image vieillissante, trop discount. En face d'elle, des marques comme Primark, positionnées sur le même créneau prix, jouissent d'une aura beaucoup plus mode.

Du coup, Tati a encore creusé ses pertes l'an dernier. Elles représentent environ 54 millions d'euros pour un chiffre d'affaires qui avoisine les 350 millions d'euros. Depuis 2004, l'enseigne mythique du boulevard Barbes appartient à une filiale du groupe Eram, Agora, qui compte aussi les marques Giga Store et Fabio Lucci. La branche entière est en vente, soit 140 magasins, pour un peu plus de 1.700 salariés.

Hélène Cornet, édité par N.G.