BFM Business

Coronavirus: pourquoi les pharmacies françaises peinent à fournir des masques de protection

Les pharmacies françaises reçoivent beaucoup de clients asiatiques qui leur demandent des masques FFP 2.

Les pharmacies françaises reçoivent beaucoup de clients asiatiques qui leur demandent des masques FFP 2. - NIKLAS HALLE'N / AFP

Les pharmaciens reçoivent actuellement de nombreuses demandes pour des masques anti-épidémie, alors que le coronavirus s'étend en Chine et que trois cas ont été détectés en France. Mais faute de stocks préexistant, elles ont du mal à y répondre.

"30 à 40 demandes dans la journée." Depuis que l'épidémie du nouveau coronavirus en Chine fait la une, et que des cas ont notamment été détectés en France, la Grande pharmacie du 15e à Paris voit défiler les clients voulant acheter des masques respiratoires anti-épidémie. "Surtout des personnes d’origine asiatique, ou des touristes qui veulent aller au musée ou dans d’autres lieux très fréquentés, ou encore des gens qui s’apprêtent à partir en voyage", détaille Murielle, la pharmacienne, contactée par BFMTV.com.

Le problème, c’est que les masques que vend cette officine, comme la plupart des autres en France, ce sont les masques blancs classiques, qui empêchent de transmettre ses propres virus aux autres. Alors que les masques actuellement recherchés sont les FFP2: des masques agrémentés d'un filtre supplémentaire au niveau de la bouche, pour éviter d’aspirer les virus. Or ces masques-là, les pharmacies françaises n'en ont généralement pas ou très peu en stock.

"Est-ce qu'ils les gardent pour les hôpitaux?"

"En temps normal, on en a un ou deux, et on ne les vend jamais", explique la pharmacienne du 15e. "Là on est en rupture, mais on devrait en recevoir 2000 demain ou après-demain", promet-elle.

Dans une autre pharmacie, cette fois du 11e arrondissement de Paris, on est bien moins lotis. "Nous n’avions pas du tout de masques FFP2 en stock. Nous avons appelé des fournisseurs cette semaine, mais on nous a répondu qu’on ne pouvait pas nous en envoyer, sans nous dire pourquoi. Est-ce qu’ils les gardent pour les hôpitaux? On ne sait pas."

Globalement, en région parisienne, "on ne trouve plus de masques FFP2", a déclaré sur France Bleu Martial Fraysse, président honoraire du conseil régional de l'ordre des pharmaciens et membre de l'académie nationale de pharmacie. "Et comme il n'y avait pas de stock établis, réactifs à cette situation, nos grossistes eux-mêmes sont en rupture", déplore-t-il encore sur la radio publique. Mais selon lui, les pharmacies françaises devraient être réapprovisionnées dans les tous prochains jours.

Nina Godart