BFM Eco

Coronavirus: la fermeture des frontières fait bondir les ventes de tabac en France

Les ventes de tabac ont progressé de 30% depuis le début du confinement

Les ventes de tabac ont progressé de 30% depuis le début du confinement - Loic VENANCE / AFP

La fermeture des frontières liée à l'épidémie de coronavirus a contraint les fumeurs habitués à acheter leurs cigarettes à l'étranger à se rabattre sur les bureaux de tabac français.

Autorisés à rester ouverts, les buralistes ont enregistré une hausse des ventes de tabac de 30% depuis le l’entrée en vigueur du confinement, rapporte Le Parisien. Non pas parce que les fumeurs ont augmenté leur consommation pour supporter cette période délicate, mais parce que les frontières ont été fermées, assure la Confédération nationale des buralistes. 

Ainsi, les Français qui avaient l’habitude d’acheter leurs cigarettes en Belgique, en Italie ou en Espagne par souci d’économies sont désormais contraints de se tourner vers les bureaux de tabac tricolores. "Dans certains départements transfrontaliers, les adhérents de notre réseau font remonter les chiffres de la consommation de tabac multipliés par trois, pour certains par dix!", explique au Parisien Philippe Coy, président de la Confédération nationale des buralistes. 

85% du réseau ouvert

Dans ces conditions, certains fumeurs découvrent avec étonnement les tarifs pratiqués en France où le paquet de 20 cigarettes Marlboro est par exemple vendu 10 euros, contre 5 euros en Espagne, 5,30 euros au Luxembourg, 5,50 euros en Italie, 6,40 euros en Allemagne, 6,70 en Italie… Au point que des comportements violents de clients ont été observés dans des bureaux de tabac non loin de la frontière belge.

Environ 85% des bureaux de tabac sont actuellement ouverts en France. Une nécessité pour Philippe Coy qui rappelle qu’ils font font partie "des commerces prioritaires car nous ne sommes pas que des vendeurs de tabac: nous proposons également la presse, des services bancaires ou administratifs comme le paiement des impôts ou de certaines factures".

Paul Louis