BFM Business

Candia se lance à l'assaut des bébés chinois

Le scandale du lait à la mélamine a créé une forte demande chinoise en lait infantile étranger.

Le scandale du lait à la mélamine a créé une forte demande chinoise en lait infantile étranger. - -

La coopérative française Sodiaal, qui produit la célèbre marque de lait, a annoncé, ce lundi 29 juillet, avoir lancé de ses propres boutiques dans le pays. Le but est de profiter de la forte demande chinoise sur les laits infantiles.

Le lait Candia part à la conquête de la Chine. La coopérative Sodiaal, maison-mère de la célèbre marque, a annoncé, lundi 29 juillet, s'être lancée dans une tentative de pénétration du marché chinois, en ouvrant son propre réseau de distribution dans le pays.

Sodiaal a ainsi expliqué avoir ouvert un premier magasin à Wenhzhou, au sud de Shanghai, le 23 juillet dernier. Dix autres magasins ouvriront avant la fin de l'année. Les boutiques Candia proposeront des laits UHT longue conservation et surtout des poudres de lait pour bébés Candia Babylait.

Rassurer le consommateur chinois

"Ce choix d'une distribution spécialisée est essentiel dans un pays où les consommateurs ont un besoin élevé de réassurance sur l'origine des produits, surtout en lait liquide et en laits infantiles", explique Candia dans un communiqué.

"Grâce à ce type de magasin, la marque Candia offre aux clients chinois une source d'approvisionnement directe depuis la France", insiste son directeur général Giampaolo Schiratti.

Sodiaal avait déjà annoncé, en septembre 2012, la création en Bretagne d'une usine de séchage de lait et de lactosérum avec Synutra, troisième fabricant de produits infantiles en Chine, afin d'assurer à ce dernier des approvisionnements de lait Made in France.

Un marché de 8 milliards d'euros

Les Chinois ont été traumatisés par le scandale du lait trafiqué à la mélamine en 2008 qui a contaminé plus de 300.000 enfants et coûté la vie à six d'entre eux. Les parents se sont ainsi davantage tournés vers les marques occidentales, qu'ils jugent de meilleure qualité. Une importante demande a ainsi été créée.

Cette situation a permis à d'autres grands acteurs européens d'avoir une certaine marge de manœuvre en termes de prix. Le 4 juillet dernier, les autorités chinoises ont ouvert une enquête pour savoir si cinq groupes ont pu profiter de la situation et nouer une entente sur les prix.

Juste après l'annonce de l'ouverture de cette enquête, Danone a décidé d'effectuer des baisses de prix allant jusqu'à 20% sur ses laits infantiles. Le Suisse Nestlé a fait de même, sans toutefois préciser le montant de la baisse. Selon le gouvernement chinois, le marché des laits infantiles représenterait environ 8 milliards d'euros.

J.M. avec AFP