BFM Business

Bientôt 6 mois de garantie supplémentaire si vous décidez de faire réparer un appareil? 

La garantie légale de conformité permet à tout consommateur d'obtenir pendant deux ans, la réparation ou le remplacement de son bien en cas de défaut. Un amendement adopté en commission dans le cadre du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage permettrait d'allonger de 6 mois la garantie pour les consommateurs qui optent pour la réparation.

Avoir le réflexe de réparer plutôt que de jeter et de racheter du neuf, est l'un des enjeux du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, actuellement en examen à l'Assemblée nationale. Sur RMC ce jeudi, Brune Poirson a évoqué un nouvel amendement destiné à allonger la durée de vie des objets.

"On a adopté hier un amendement, celui de la député Graziella Melchior, qui donne très concrètement des outils. (…) Par exemple votre appareil d'électroménager, votre machine à laver, tombe en panne pendant la durée légale de deux ans, et que vous décidez de la faire réparer, vous avez une garantie étendue de six mois", a détaillé la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Une garantie mal connue des consommateurs

Concrètement, les biens (gros et petits électroménager, équipement higt-tech, meubles...) bénéficient tous d'une garantie légale de conformité de 24 mois après l'achat. Au cours de cette période, si l'appareil est défectueux, le consommateur peut se retourner vers le fabricant pour obtenir sa réparation ou bien son remplacement pour un appareil neuf. Le professionnel est présumé responsable par défaut, le consommateur n'a pas à apporter de preuve de la défaillance du produit.

"Dans la plupart des cas, lorsqu’un bien tombe en panne, le consommateur n’essaye pas de le faire réparer. Or, pour assurer la transition vers une économie circulaire, la garantie légale de conformité doit être un outil au service de l’allongement de la durée de vie des produits. Pour cela, nous souhaitons favoriser la réparation au remplacement des biens", explique Graziella Melchior, député LREM de la 5ème circonscription du Finistère, et rapport du projet de loi.

L'amendement vise donc à inciter les consommateurs à faire la demande auprès du constructeur pour une réparation de leur produit.

"L’application de cette mesure se fera directement avec le vendeur qui devra fournir une extension de la garantie légale de six mois dans le cas indiqué précédemment", précise la députée. Qui ajoute que cette mesure vise aussi à renforcer les droits des consommateurs.

Mais pour qu'elle porte ses fruits, il faudra aussi que les Français soient mieux informés de l'existence de la garantie légale. Trop peu pensent à se retourner vers le vendeur quand un de leur produit défaille. Une étude du Centre européen des consommateurs (CEC) a montré que les vendeurs renseignent mal leurs clients sur ce droit de base, en passant sous silence soit vers qui se retourner, soit la durée de garantie. Un flou qui leur permet de mieux vendre leur propre service de garantie, mais payants.

Coralie Cathelinais