BFM Business

Attentats: la fréquentation des Galeries Lafayette et de Printemps en forte chute

Les Galaries Lafayette ont vu leur fréquentation baisser de 50%

Les Galaries Lafayette ont vu leur fréquentation baisser de 50% - Adrien Morlet - AFP

Les deux enseignes ont fait état d'une baisse de  fréquentation de 30% pour le Printemps et 50% pour les Galeries Lafayette, jeudi 19 novembre.

La fréquentation de deux grands magasins emblématiques de Paris souffre depuis les attentats du 13 novembre. Le Printemps et les Galeries Lafayette ont ainsi fait part jeudi de baisses respectives de 30 et 50%.

La fréquentation des Galeries Lafayette depuis vendredi a chuté "de l'ordre de 50%" d'après une porte-parole, qui a aussi évoqué une baisse du chiffre d'affaires sans la chiffrer. Le Printemps du boulevard Haussmann a enregistré une baisse de fréquentation de 30% après les attentats de vendredi (129 morts) par rapport à une période normale, a déclaré le directeur général du magasin, Pierre Pelarrey.

"Nous avons à dire à chacun de nos concitoyens qu'ils peuvent se déplacer, aller travailler, ils peuvent consommer, et vivre normalement. C'est le message que nous souhaitons délivrer: la vie continue", a déclaré la secrétaire d'Etat à la Consommation Martine Pinville en visitant ces deux magasins avec le préfet de Police Michel Cadot.

Le cortège officiel s'est fait expliquer les mesures de contrôle à l'entrée des grands magasins principalement l'ouverture des sacs. "On ne peut pas mettre des portiques à tout endroit et je pense que ce sont des mesures de sécurité et de vigilance adaptées à chacun des sites qui sont nécessaires", a commenté le préfet de police, encourageant les Parisiens "à reprendre en fonction de leurs besoins et des exigences du moment, progressivement, une vie normale". "Samedi matin, 95% du personnel était présent", a assuré le directeur du Printemps Haussmann.

Une sécurité largement renforcée

"Il y a le plaisir d'être entre collègues. Nous sommes une grande famille". Les Galeries Lafayette voisines ont mis en place une cellule psychologique pour leurs salariés. "Nous allons renforcer le dispositif (de sécurité) à partir de demain (vendredi) et samedi puisque nous attendons l'arrivée de 1.500 militaires que le président de la République a affectés sur la région parisienne. Nous allons les dédier à des missions de sécurisation dynamique par des patrouilles", a indiqué le préfet.

Le dispositif de sécurité à l'approche des fêtes autour des grands magasins, habituellement durci, sera encore accru, a ajouté le préfet de Police.

Bercy a activé en début de semaine une "cellule de responsabilité économique" avec des représentants d'organisations patronales pour évoquer avec elles les mesures d'urgence liées aux attentats de Paris et leur impact sur la vie économique. Jeudi après-midi, Martine Pinville doit rencontrer d'autres fédérations de professionnels.

J.M. avec AFP