BFM Business

Comment les Français consomment depuis le déconfinement

La consommation des ménages français n'est qu'à 3 points de pourcentage de son niveau normal

La consommation des ménages français n'est qu'à 3 points de pourcentage de son niveau normal - ALAIN JOCARD © 2019 AFP

Dans la dernière édition de son baromètre Payment Data/Impact Covid19, CDLK fait le point sur les dépenses des Français secteur par secteur au 21 août. Les performances sont loin d'être homogènes.

Malgré les appels répétés du gouvernement à consommer, les dépenses des Français semblent être retombées comme un soufflet après un bond observé au début du déconfinement.

Cela apparaît assez clairement dans la dernière édition de son baromètre* Payment Data/Impact Covid19 de CDLK.

L'indice des dépenses fixé à 100 au 1er mars est bien remonté à grande vitesse à partir de la mi-mai, passant de 70 à plus de 100 en juin et 106 en juillet (à la faveur des soldes) avant de finalement retomber à 84 à fin août comme le montre le graphique ci-dessous.

Analyse globale des dépenses sur les 10 derniers mois
Analyse globale des dépenses sur les 10 derniers mois © CDLK

Reste que les disparités sectorielles sont très importantes. tour d'horizon:

Cafés, Bars & Restaurants

Dépenses dans le secteur des Cafés, Bars et Restaurants
Dépenses dans le secteur des Cafés, Bars et Restaurants © CDLK

Le secteur des bars et restaurants passe en juillet au-dessus de la valeur 100 de l'indice, une première depuis mars. "Si les bars & tabacs étaient repartis dès début juin à un niveau d'avant crise, c'est au tour des Restaurants de retrouver un niveau significatif début juillet", explique l'étude.

Par contre, la restauration rapide ne parvient pas à repasser la barre des 100 et stagne depuis fin mai autour des 80.

Hotels & Hébergements

Dépenses dans le secteur Hôtels et Hébergements
Dépenses dans le secteur Hôtels et Hébergements © CDLK

Pour les hôtels, les vacances ont assez logiquement "favorisé le secteur, boostant particulièrement les réservations sur le mois de juillet". Les locations saisonnières sont largement bénéficiaires, avec un pic des réservations la première semaine de juillet avec un indice qui bondit à 257.

La reprise dans les hôtels a été beaucoup plus lente et ils n'ont repassé la barre des 100 qu'à partir de la deuxième semaine d'août. "Ceci masque un contraste très probable entre les hôtels situés au sein de stations balnéaires et ceux de zones urbaines" commente le cabinet.

Voyages et Transports

Dépenses dans le secteur Voyage
Dépenses dans le secteur Voyage © CDLK

Pas de surprises pour les voyages et les transports qui après avoir touché le point zéro pendant le confinement remontent doucement la pente sans toutefois parvenir à repasser les 100. L'indice du secteur rechute à 35 au 21 août, les agences de voyage et le transport aérien étant évidemment les plus touchés.

Les transports terrestres, après avoir rebondi autour des 70 entre juillet août retombent à 50 à fin août. Soit une activité plus de deux fois inférieure à la normale pré-confinement (120 avant le 15 mars).

Seuls les transports maritimes ont quasiment retrouvé un niveau d'activité nominal, retrouvant la barre des 100 en août avant de retomber autour de 80 au 21 août.

Auto-Moto

Dépenses dans le secteur Auto-Moto
Dépenses dans le secteur Auto-Moto © CDLK

Le secteur de l'entretien-réparation a été l'un des premiers à redécoller, même pendant le confinement repassant les 100 avant le 15 mai et se hissant entre 110 et 120 en juin et juillet, soit une activité supérieure à celle observée début mars.

L'indice du sous-secteur Locations de voiture gagne 35 points en une semaine début juillet. Les locations sont depuis assez stables, avec un léger pic la 1ère semaine d'août.

Mode & Accessoires

Dépenses dans le secteur Mode et Accessoires
Dépenses dans le secteur Mode et Accessoires © CDLK

"Un pic d'achats est observé au lancement des soldes d'été (15 juillet), dont le sous-secteur Chaussures semble avoir particulièrement bénéficié, atteignant à indice supérieur à 260", souligne CDLK.

Pour autant, tous les indicateurs retombent dès la mi-août retrouvant les niveaux d'avant-crise ou passant même en dessous des 100 comme les bijoux-montres (autour de 60) et la mode.

*: Cette étude repose sur les dépenses réalisées par carte bancaire auprès d'un échantillon anonymisé de plus de 150.000 consommateurs réguliers. CDLK analyse des millions de données anonymisées de dépenses carte bancaire transitant sur sa plateforme pour comparer l'évolution des dépenses des Français avant, pendant, et après le confinement.

Olivier Chicheportiche