BFM Business

    Comment le pouvoir d'achat des salariés a été dopé par le CICE

Les salaires ont progressé plus vite que les profits des entreprises. Donc les taux de marge ne se son pas améliorés en 2014.

Les salaires ont progressé plus vite que les profits des entreprises. Donc les taux de marge ne se son pas améliorés en 2014. - Philippe Huguen - AFP

Le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi n'a pas eu d'effet sur les marges des entreprises, qui se sont légèrement replié en 2014. En fait, ce sont les salariés qui ont profité de ce coup de pouce de l'Etat.

Le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) n'a pas permis aux entreprises de restaurer leurs marges. Alors que cet effort fiscal a pleinement profité aux entreprises françaises en 2014, on pouvait imaginer qu'il leur serve à remonter la pente. Depuis 2008, leur taux de marge s'est en effet beaucoup dégradé. Or l'an passé, il a encore baissé, passant de 29,8% en 2013 à 29,7%. Une dégradation, certes légère, mais qui montre que le CICE n’a pas eu les effets escomptés. 

Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), les salaires ont progressé plus vite que les gains de productivité. Du coup, cela a pesé sur les marges des entreprises.

Une subvention indirecte au pouvoir d'achat des salariés

En fait, le CICE est "passé" dans les salaires, pour devenir finalement une subvention au pouvoir d'achat des français. Il a permis d'augmenter les salaires et de maintenir les emplois, malgré la dégradation des marges qui s’est accentué en cette période de crise. 

Un problème pour l'investissement, qui augmente d'ordinaire avec le taux de marge. S'il ne se redresse pas, cela veut dire que les entreprises ne regagneront pas leur capacité de dépenser. L'an passé, elles ont quand même "pré-maintenu" leur investissement, quitte à le financer avec peut-être une part de crédit un peu plus importante. C'était le cas la dernière fois que l'on a constaté une légère hausse des crédits d'entreprises.

Selon les chiffres de fin d'année de 2014, les taux de marges se sont un peu redressés. Mais selon l’Insee, c’est l’évolution du cours du pétrole qui joue en faveur des marges des entreprises.