BFM Business

Cette région d’Europe où il y a plus de voitures que d’habitants

L'Italie est de loin le pays d'Europe où l'on compte le plus d'automobiles par habitant.

L'Italie est de loin le pays d'Europe où l'on compte le plus d'automobiles par habitant. - Mario Laporta - AFP

Selon les dernières données compilées par Eurostat, on recense dans le Val d’Aoste, 1.051 véhicules pour 1.000 habitants. Un record sans équivalent dans l'Union européenne.

Adossée au Mont-Blanc côté italien, la région autonome du Val d’Aoste fait rarement parler d’elle. Et pour cause. Ce territoire à la fois francophone et italophone ne brille pas par la puissance de son économie, essentiellement portée par ses stations de ski (Courmayeur, Breuil-Cervinia, Cogne...) et son fromage le plus réputé, la Fontina.

La plus petite région d’Italie (3.263 km2) ne compte pas non plus parmi ses concitoyens des personnalités de réputation internationale. La plus connue, en France, est feue l’actrice Denise Grey dont à peu près tout le monde ignore qu’elle était valdôtaine de naissance.

116% de plus que la moyenne européenne

Le Val d’Aoste détient pourtant un record qui mérite qu’on s‘y attarde. Elle est la seule région de l’Union Européenne où l’on compte plus de voitures en circulation que d’habitants. Selon l’institut Eurostat, on y recensait début 2013 1.051 véhicules pour 1.000 habitants, soit 116% de plus que la moyenne européenne.

Mais comment expliquer ce particularisme valdôtain? Est-ce parce que leur région jouxte Turin, berceau de l’industrie automobile italienne? Si c’était le cas, le Piémont devrait afficher un taux de motorisation (le pourcentage de ménages disposant d’une automobile) au moins équivalent. Ce n’est pas le cas.

Les 3 causes de ce particularisme local

Le cas particulier du Val d'Aoste s'explique à la fois par la fiscalité, la topographie et la sociologie. L’autonomie dont bénéficie la région vis-à-vis de Rome lui permet de gérer directement sa fiscalité. Et il se trouve qu’elle taxe plus modestement les automobilistes qui immatriculent leur véhicule sur son territoire.Tous ne sont pas nécessairement valdôtain.

Mais le Val d’Aoste est aussi une région enclavée et peu peuplée. Les transports collectifs y sont donc peu nombreux. Difficile donc de s’y déplacer sans disposer de son propre véhicule. L’étude d’Eurostat souligne d’ailleurs que les îles souffrant elles aussi d’un manque de moyens de transport alternatifs à la voiture (Corse, Sardaigne, Baléares...) présentent un taux de motorisation nettement supérieur à la moyenne.

La dernière clé d’explication tient à l’image de l’automobile dans la société italienne. De tous les pays d’Europe, l'Italie est celui où l'on recense le plus de voitures par habitant. Comme le souligne un document de l’observatoire Cetelem consacré à l’évolution des parcs automobiles dans le monde, "les jeunes Italiens n’hésitent pas à rester plus longtemps au domicile familial pour s’affranchir de la contrainte financière du logement et se donner ainsi les moyens d’acquérir une voiture".

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco