BFM Business

Ces pays d'Europe dont la dette n'est pas détenue en majorité par des étrangers

Malte est le pays où la dette est la moins détenue par les investisseurs étrangers

Malte est le pays où la dette est la moins détenue par les investisseurs étrangers - tookapik - Pexels - CC

Malte, le Royaume-Uni, l'Italie ou encore le Danemark sont les pays où les citoyens et les banques nationales possèdent la majorité de la dette.

Cela fait bien longtemps que la France ne possède plus sa propre dette. En effet, à fin 2015, les quelque 2.000 milliards d'euros de créances émises par l'Hexagone étaient, à près de 62% détenus par des "non-résidents", c'est-à-dire des investisseurs étrangers, selon les dernières données de l'Agence France Trésor.

Le reste est en grande majorité détenu par les assureurs tricolores (18,9%) et les banques (9%). Un peu moins de 15% est possédé par d'autres acteurs financiers (fonds, sociétés de gestion, etc…). Du coup, les Français et les entreprises non financières ne détiennent qu'1,7% de la dette de leur pays.

Ce dernier chiffre est l'un des plus bas d'Europe si l'on en croit les données publiées par l'agence Eurostat ce mardi 21 juin. A contrario, c'est à Malte (29%), en Hongrie (14,5%) en Irlande (10,4%), au Portugal (8,4%) en Allemagne (7%) et en Suède (6,4%) que les acteurs locaux détiennent le plus la dette de leur propre pays.

-
- © -

Si en France, ce sont les investisseurs étrangers qui possèdent la majorité de la dette, ce n'est donc pas le cas partout sur le Vieux Continent, loin de là. Les non-résidents ne représentent ainsi que 9% de la dette maltaise, record absolu.

Le chiffre est également très faible au Royaume-Uni (25,4%), où le secteur financier détient presque 60% de la dette, au Danemark (34%), en Italie (34%) au Luxembourg (36,6%), en Suède et en République Tchèque (38%). La Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, les Pays-Bas et la Roumanie sont les autres pays où les investisseurs étrangers ne franchissent pas la barre des 50%. À l'inverse, environ les trois quarts de la dette slovène, chypriote, lituanienne, autrichienne et finlandaise sont détenus par des non-résidents.

On rappellera par ailleurs que le Japon, où la dette pèse pour près de 2,5 fois le PIB, est le pays développé où la dette est la plus détenue par des investisseurs nationaux. Les étrangers ne détiennent ainsi qu'à peine 4% de la dette, selon une étude de Société Générale. Le système de retraite par capitalisation dans le pays fait que les Japonais investissent massivement dans les titres de leur pays pour assurer leurs vieux jours.

J.M.