BFM Eco

Bruno Le Maire rejette l'idée d'un retour de l'ISF pour faire face à la crise

Sur BFMTV, le ministre de l'Economie a jugé comme "de la pure démagogie" le retour de l'impôt sur la fortune, transformé en 2018 par un impôt sur la fortune immobilière.

Le grand retour de l'ISF. C'est la petite musique qui revient depuis le début de la crise, notamment par la voix de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Une solution pourtant balayée d'un revers de main par le ministre de L'Economie Bruno Le Maire, jeudi soir sur BFMTV.

"Je ne crois pas que revenir sur les baisses d’impôts soit un bon choix car ça donnait des résultats" assure-t-il. "C’est très facile de supprimer l’ISF : si je voulais être populaire, j’irais demain aux 4 coins de la France dire ‘nous allons rétablir un impôt pour les riches et la France ira mieux’. Mais ce n’est pas vrai. C’est un pur mensonge, c’est de la pure démagogie. On l’a fait pendant des années, ça n’a pas marché et ça n’a pas enrichi la France."

"Vieux combats du 20ème siècle"

Suivant une promesse de campagne, Emmanuel Macron avait transformé l'ISF en IFI (impôt sur la fortune immobilière) en 2018, une mesure censée éviter les départs des plus fortunés. Pour Bruno Le Maire, la crise ne doit signer le retour "de vieux combats du 20ème siècle comme ceux autour de l’ISF."

En octobre dernier, un rapport du Comité d'évaluation des réformes de la fiscalité du capital, sous l'égide de France Stratégies, organisme rattaché à Matignon avait conclu que l'impact sur l'économie du remplacement de l'ISF par l'IFI était encore difficile à mesurer.

A défaut d'un retour de l'ISF, le ministre de l'Economie a défendu "un combat", celui "de taxer les géants du numérique et celui de mettre un impôt minimum sur les grandes entreprises". 
Thomas Leroy