BFM Auto

Trottinettes rechargées à l'essence: l'opérateur rappelé à l'ordre

Un "juicer" qui devait recharger les trottinettes utilisait un groupe électrogène.

Un "juicer" qui devait recharger les trottinettes utilisait un groupe électrogène. - Capture Twitter @Lagrenade75

La mairie de Paris a réclamé des explications à l'opérateur de trottinettes Lime après la diffusion de vidéos montrant plusieurs de ses engins rechargés à l'aide d'un groupe électrogène.

Les trottinettes électriques, un mode de transport non polluant? Pas si sûr au regard de vidéos publiées sur Twitter la semaine dernière. On y voit une rangée de trottinettes de la marque Lime en train d'être rechargées grâce à un groupe électrogène, sous un tunnel des voies sur berge.

Les auteurs des vidéos, des cyclistes, mettent en avant un système qui serait devenu "régulier". Ils pointent aussi le problème de la sécurité face à la manipulation de l'essence "à côté d'une multiprise pas reliée à la terre dans un tunnel". 

La mairie de Paris réclame "des explications"

Sur Twitter ce week-end, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie de Paris a réclamé des explications à l'opérateur Lime. 

"Nous souhaitons qu'il soit mis fin IMMÉDIATEMENT à ce type de comportement, merci de nous donner très vite des explications et des garanties", a-t-il écrit sur Twitter, interpellant Lime. 

De son côté, l'opérateur a reconnu "un comportement inadmissible", contrevenant à ses directives. "Nous avons instantanément agit et suspendu ce contrevenant", indique le groupe sur Twitter, assurant être "constamment en veille" et "intransigeant sur le sujet de la sécurité". 

L'opérateur, comme d'autres installés à Paris, a recours à des particuliers aussi appelés "juicers" pour recharger les trottinettes. Ceux-ci, dotés d'un numéro Siret et rémunérés par les opérateurs au nombre de trottinettes rechargées, sont censés récupérer les engins pour les recharger sur des prises électriques pendant la nuit avant de les redéployer le matin. 

Carole Blanchard