BFM Auto

Comment fonctionne une chaîne de distribution ? - BFM AUTO

La chaîne de distribution est aujourd’hui présentée comme LA nouvelle solution pour remplacer la courroie de distribution et ainsi supprimer les risques de ruptures de celle-ci. Peut-elle faire figure de révolution dans le système de distribution ?

Une innovation technique ? Oui… et non

Apparue au cours des années 60, la courroie s’est imposée et est devenue le système de distribution le plus courant. Elle a succédé à… la chaîne de distribution. Car oui, c’est bien elle qui a été le premier élément utilisé pour synchroniser le vilebrequin avec l’arbre à cames.

Elle a été remplacée pour plusieurs raisons. Tout d’abord pour votre confort auditif (et pour celui des autres accessoirement). Une voiture qui était dans le temps équipée d’une chaîne de distribution n’avait pas besoin de klaxon pour se faire entendre. Mais c’est surtout dans l’optique d’économiser de l’énergie que la courroie de distribution a été développée : moins lourde que la chaîne de distribution, son entraînement est moins énergivore et permet de réaliser des économies de carburant.

Utilité et fonctionnement

Son rôle est évidemment le même que celui de la courroie de distribution, à savoir synchroniser les mouvements des pistons et des soupapes lorsque le moteur est démarré.

Vous l’aurez deviné, la conception d’une chaîne de distribution est différente que celle d’une courroie. Elle est composée de maillons métalliques et peut également être double. Elle est graissée avec l’huile du moteur tandis que sa tension et son guidage sont assurés par des patins en caoutchouc et un tendeur hydraulique.

Pourquoi a-t-elle été abandonnée ?

Les voitures d’aujourd’hui sont de moins en moins construites dans un esprit de «longue durée» : c’est une des raisons pour laquelle la majorité des modèles vendus sont dotés de courroies.

La diminution des émissions de dioxyde de carbone est également un argument de poids, surtout lorsque l’on sait que les normes anti-pollution sont de plus en plus strictes, même si ce n’était pas le cas à l’époque !

Antoine Lepeu