BFM Auto

Pour le délégué interministériel à la sécurité routière, "la destruction des radars a entraîné des morts"

Pour le délégué interministériel à la sécurité routière, "la destruction des radars a entraîné des morts".

Pour le délégué interministériel à la sécurité routière, "la destruction des radars a entraîné des morts". - BFM TV

Le nombre de morts sur les routes a augmenté de 17,1% en février. Pour Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, la dégradation des radars en est la principale cause.

Pour Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, la hausse de la mortalité routière depuis le début de l’année a une cause bien identifiée: la dégradation des radars.

"Dès le mois de novembre, j’avais alerté du risque que faisait peser sur nos routes la dégradation des radars, et cela est survenu. On voit bien que la destruction des radars a entraîné des morts. Donc les radars sont désagréables, mais ils sont utiles ils font que l’on est attentifs", a déclaré ce jeudi sur BFM TV Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière.

Depuis le mois de juillet 2018, et l’entrée en vigueur des 80km/h, et surtout depuis le mouvement des gilets jaunes mi-novembre, le nombre de radars dégradés est en forte hausse. Selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner début mars, 75% des radars ont été "soit détruits, soit détériorés, soit attaqués, soit neutralisés".

Un relâchement de la vigilance

Emmanuel Barbe n’a cependant pas voulu stigmatiser les conducteurs.

"Le fait que l'augmentation des vitesses fait augmenter le nombre de morts, à part pour certains qui pourraient aussi penser que la Terre est plate, c'est une vérité scientifique, qui est reconnue, a expliqué Emmanuel Barbe. Ce qui se passe ici est un effet d’inertie, on se rend que petit à petit que les radars ne fonctionnaient plus donc chacun relâche un peu son comportement. Quand vous interrogez les automobilistes, qui sont de bonne foi, qui ne sont pas des délinquants, ils disent: ‘oui je sais que le radar ne marche plus, je vais un peu plus vite. Et la somme de tous ceux qui font ça de bonne foi, je le répète, cela fait plus de morts".

Après une hausse de 3,6% en janvier, le nombre de personnes qui ont perdu la vie sur les routes a augmenté de 17,1% en février.

Pauline Ducamp