BFM Auto

Lyon: comment fonctionnent les 2500 nouveaux Vélo'v électriques?

Les vélos en libre-service à assistance électrique sont disponibles depuis le 20 février 2020. Pour en profiter, il faut d'abord louer une batterie à installer soi-même sur le vélo.

Grimper en haut de la Croix-Rousse avec un Vélo'v est désormais beaucoup plus simple. Depuis ce jeudi, il est possible de profiter d'un vélo en libre-service à assistance électrique. Près de 2500 Vélo'v électriques ont été déployés dans la nuit de mercredi à jeudi. 

84 euros par an

Au total, la moitié de la flotte a été remplacée par des vélos hybrides, équipés d'un moteur placé sur la roue avant. Ces nouveaux vélos sont quasiment identiques aux Vélo'v classiques. Seul un petit pictogramme sur le garde-boue arrière permet de le différencier.

Contrairement à leurs cousins parisiens, ils ne sont cependant pas automatiquement électriques. Pour bénéficier de l'assistance, il faut d'abord glisser soi-même une petite batterie, dans un réceptacle situé à l'intérieur du panier du vélo. 

Un vélo plus lourd

Chaque batterie est à usage personnelle. L'utilisateur la reçoit chez lui après avoir souscrit un abonnement à 7 euros par mois. Il n'a plus qu'à l'installer et à l'enlever à chaque fois qu'il emprunte un vélo. Et il peut la recharger en quelques heures chez lui ou au travail grâce une prise USB.

Ce dispositif doit permettre de bénéficier d'une assistance électrique d'une dizaine de kilomètres environ. Suffisant pour la majorité des trajets à vélo dans Lyon et une aide précieuse pour grimper sur la colline de la Croix-Rousse ou de Fourvière. 

Attention, avec la batterie et le moteur, les vélos prennent aussi quelques kilogrammes. Sur la balance, ils affichent près de 22kg, le poids des anciens Vélo'v avant l'arrivée de la nouvelle génération. 

Victoire pour les anti-pubs

Depuis l'annonce de la mise en service de ces nouveaux Vélo'v, environ 250 utilisateurs ont déjà souscrit à l'abonnement pour obtenir une batterie. Mais d'ici un an et demi, la Métropole espère séduire 15.000 utilisateurs avec ce service. 

Pour la Métropole, ce nouveau service a aussi un coût: le déploiement de ces vélos à assistance électrique coûte 1,2 millions d'euros. La collectivité a renoncé à financer ce dispositif avec l'installation de panneaux de publicité numériques. 

"A travers cette décision, la Métropole se rend moins dépendante du lobby publicitaire dans le cadre de ses politiques de déplacements", s'est réjoui dans un communiqué le collectif Plein la Vue.

Benjamin Rieth