BFM Business

Loyers offerts, garantie étendue, comment les constructeurs préparent l’après-confinement

Alors que les prévisions annoncent des ventes en baisse de 90% en avril, certains constructeurs proposent des offres pour attirer les clients dès la reprise.

Une voiture achetée, trois mois de loyers offerts. C’est ce que propose Opel sur son site internet. Sur près de 5000 voitures en stock, dont des nouveautés comme la dernière génération de Corsa, le constructeur allemand fait des promotions en plein confinement, clairement pour préparer l’après-11 mai. "Plus que jamais, nous allons tous avoir besoin de mobilité lorsque l’activité reprendra", affiche le slogan publicitaire du constructeur.

Ecouler les stocks, assurer un peu de trésorerie

Le mois dernier, les immatriculations de voitures neuves se sont effondrées de près de 90% pour la marque allemande en France. Le but est clairement de maintenir une activité, même parcellaire pendant le confinement, et surtout de vendre des voitures déjà en stock pour faire rentrer du cash. La valeur de ces voitures se déprécie au fur et à mesure qu’elles attendent sur un parking pendant plusieurs semaines. Ces quelques ventes amorcent surtout la reprise, en écoulant les stocks pour passer ensuite à des commandes de nouveaux véhicules à fabriquer une fois le déconfinement engagé.

Les concessionnaires espèrent pouvoir rouvrir dès la semaine du 11 mai, mais les discussions sont toujours en cours avec le gouvernement sur les modalités de reprise et en particulier les protocoles sanitaires à respecter. Plusieurs marques ont donc mis en place ces promotions pour maintenir le lien avec les clients, anticiper les questions de pouvoir d’achat en pleine crise économique. Citroën propose ainsi une garantie étendue pour l’achat d’une voiture sur son site internet et le paiement de trois loyers reportés en location longue durée. Ford affiche une offre similaire avec trois loyers offerts et trois différés sur des voitures en stock comme sur le nouveau Kuga.

D’autres constructeurs pourraient leur emboîter le pas, notamment dans la période du déconfinement.

"Nous aurons des actions, des offres et des montages financiers en particulier qui permettront de prendre livraison des véhicules en juin, et de décaler les premiers paiements en 2021 que ce soit chez Toyota ou chez Lexus, explique à BFMTV Franck Marotte PDG de Toyota France. Ce sont des offres auxquelles nous réfléchissons".

Les clients seront-ils au rendez-vous?

Reste à savoir si les consommateurs seront au rendez-vous. Dans Challenges, l’équipementier Plastic Omnium explique par exemple qu’en juin, sa production de pièces ne reviendrait qu’à 50% de la normale, signe que la production et donc les ventes de voitures neuves ne repartiront pas immédiatement.

"Pour changer de voiture, il faut avoir envie, avoir l’esprit à cela, et aujourd’hui le climat est très anxiogène sur les plans sanitaire, économique. L’achat d’une voiture neuve ne sera pas une priorité", analyse Flavien Neuvy, président de l’observatoire Cetelem de l’Automobile.

"La reprise ne doit pas être une course à la promotion, mais se faire de manière saine", poursuit un expert interrogé par Le Journal de l’Automobile.

Les discussions sont elles aussi toujours en cours pour mettre en place un dispositif de prime à la casse ou à la conversion dans les mois à venir afin de soutenir le marché. Suite aux ventes catastrophiques de mars (-72%), les prévisions de ventes pour 2020 ont été révisées. Elles devraient chuter de plus de 20% en France sur l’année.

Pauline Ducamp