BFM Business

La mairie de Paris en guerre contre les comportements dangereux à trottinette

Des trottinettes électriques en libre-service à Paris.

Des trottinettes électriques en libre-service à Paris. - Christophe Archambault - AFP

La mairie de Paris est bien décidée à accentuer les verbalisations des usagers qui circulent en trottinette sur les trottoirs. Ces derniers risquent 135 euros d'amende.

La mairie de Paris a présenté jeudi des mesures pour réguler l'usage des véhicules en free-floating, les vélos, trottinettes et scooters en libre service. Outre la mise en place d'une redevance sur chaque véhicule pour les opérateurs qui viendront s'installer à Paris, la Ville souhaite engager une lutte plus efficace contre les comportements dangereux, notamment des trottinettes. 

"Tout comportement manifestement dangereux fera l'objet d'une amende de 135 euros", explique Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris au micro de BFM Paris. Et d'ajouter: "Nous allons intensifier les verbalisations dès à présent."

"Les trottoirs appartiennent aux piétons. Les trottinettes, vélos et scooters sur les trottoirs posent un problème de sécurité. Ils n'y ont pas leur place, pas plus pour circuler que pour stationner. Nous l'interdisons purement et simplement", a t-il par ailleurs expliqué sur Twitter.

Des places de stationnement dédiées

La Mairie de Paris ne veut plus voir de trottinettes couchées sur le flanc au milieu des places ou sur les trottoirs. Elle a ainsi annoncé la création de places de stationnement. "Parallèlement, afin d'éviter le stationnement sur les trottoirs, Paris déploie des zones dédiées et une offre de stationnement sur chaussée réservée aux véhicules en flotte libre", explique l'adjoint.

Les vélos, trottinettes et autres scooters devront donc être garés dans ces zones spéciales. Sinon, ils pourront être verbalisés et enlevés.

Cyrielle Cabot