BFM Business

Grève du 5 décembre: le covoiturage, une alternative gratuite mais pas forcément séduisante

La grève du 5 décembre, l'occasion de se mettre au covoiturage?

La grève du 5 décembre, l'occasion de se mettre au covoiturage? - Karos

Pendant les jours de grève des transports en commun à partir du 5 décembre, Ile-de-France mobilités prend en charge les trajets réalisés en covoiturage. Une solution gratuite mais qui ne sera pas forcément à privilégier. Les embouteillages s'annoncent nombreux ce jour-là.

La grève, en particulier dans les transports en commun, le 5 décembre prochain, va amener de nombreux Franciliens à revoir leur mode de déplacement. L'occasion de tester des solutions alternatives en plein boom, comme le vélo mais aussi le covoiturage.

Cinq services pour des trajets gratuits

le 5 décembre, et éventuellement les jours suivants si le mouvement se poursuit au-delà, Ile-de-France mobilités prend en charge les trajets en covoiturage assurés par cinq plateformes: BlaBlaLines, Covoit'ici, Karos, Klaxit et Ouihop.

Les passagers ont simplement à s'inscrire et à choisir leur covoiturage depuis l'application ou le site internet Vianavigo. Les conducteurs sont ensuite rémunérés normalement via leur service de covoiturage et un financement de la région. Pendant ces jours particuliers, il y a même une petite subvention supplémentaire pour inciter les conducteurs à proposer des trajets:

"Chaque trajet est rémunéré de façon avantageuse grâce à une subvention spéciale accordée pour chaque trajet par Ile-de-France Mobilités. Ainsi, en fonction de la distance parcourue, vous pouvez gagner 2€, 3€ voire 4€ par trajet!", souligne le communiqué de l'autorité organisatrice des transports de la Région.

Anticiper son trajet, pas si simple

Attention, il faudra a priori bien surveiller la mise en ligne des premiers trajets pour cette journée du 5 décembre et les suivantes. Les applications de covoiturage proposent en général de planifier un trajet régulier en choisissant un ou plusieurs jours dans la semaine et il n'est donc pas vraiment possible de planifier une course partagée avec beaucoup d'anticipation. Sur Klaxit par exemple, il est ainsi possible de prévoir un covoiturage jusqu'à six jours à l'avance. Même chose sur Karos, en voulant effectuer une demande de covoiturage ce mercredi 27 novembre, la date la plus lointaine proposée était le mardi 3 décembre: rendez-vous donc ce vendredi 29 novembre pour commencer à se positionner sur un ou plusieurs des trajets proposés.

En temps normal, il est aussi possible pour les possesseurs d'un Pass Navigo de profiter de deux trajets par jour en covoiturage via les applications partenaires comme Karos, Klaxit ou BlaBlaLines. Un service intégré au prix de l'abonnement Navigo avec également des incitations pour les conducteurs.

Ne pas se déplacer reste la meilleure solution

Mais le 5 décembre et potentiellement les jours suivants ne seront pas forcément l'occasion idéal pour se mettre au covoiturage, avec un trafic qui s'annonce particulièrement chargé sur les principaux axes de la région. Mais cela peut tout de même représenter une solution alternative si le mouvement se prolonge.

"Pour les trajets les plus courts, la marche à pieds, les trottinettes, vélos et scooters en libre-service sont à privilégier", rappelle IDF-Mobilités, qui invite également au télétravail.

Si vous n'avez pas la possibilité de travailler de chez vous, des espaces de travail sont disponibles un peu partout dans la région. 200 d'entre eux sont notamment installés près des gares. Cliquez ici pour consulter la carte des espaces de coworking en Ile-de-France

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a appelé les employeurs à se montrer "compréhensifs" le 5 décembre, face aux salariés qui auraient des difficultés à se rendre sur leur lieu de travail à cause de la grève des transports, ajoutant que "depuis les ordonnances travail, le télétravail est un droit".

Julien Bonnet