BFM Business

Essai - Que vaut le premier modèle 100% électrique de la galaxie Toyota, le Lexus UX300e?

Alors que le monde automobile dans son ensemble a commencé sa transition électrique, Toyota, grand maître de la technologie hybride, était très attendu sur sa technologie zéro émission. C’est le Lexus UX300e qui concrétise pour le géant japonais ce passage à l’ère du tout électrique. Essai transformé?

Quand on est devenu en quelques décennies maître d’une technologie qui a changé la face du monde automobile, pas forcément évident d'exceller d’entrée de jeu sur l’étape suivante. En attendant le lancement de l’ambitieuse gamme Bz (Beyond Zero), le seul "Toyota" tout électrique (hormis l’utilitaire ProAce, développé avec Stellantis) est le Lexus UX300e.

Crossover/SUV compact typiquement Lexus, avec son design japonais très tranché fait d’angles acérés, cette version électrique du modèle UX (disponible aussi en hybride et en thermique) a donc la lourde charge d’incarner le premier modèle familial zéro émission de la galaxie Toyota.

Le Lexus UX300e est la version électrique du SUv Lexus UX.
Le Lexus UX300e est la version électrique du SUv Lexus UX. © Antoine Larigaudrie

Sérieux et Premium

Extérieurement, très peu de détails diffèrent par rapport aux autres versions thermiques et hybrides de l’UX. Une calandre pleine, un logo "Electric" sur les bas de portes arrières, deux trappes de recharge (une pour les prises classiques, l’autre pour les prises combo haute puissance), ainsi que des protections de passages de roues en plastique sombre, aux vertus aérodynamiques, censées favoriser l’écoulement des flux d’air.

A l’intérieur, on est loin d’une ambiance chatoyante, tout inspire le sérieux, la sobriété, mais c’est une vraie Lexus, avec un haut degré de finition, de la qualité des plastiques au cuir des sièges. L’habitacle heureusement est suffisamment lumineux, grâce à un beau toit vitré ouvrant (version essayée Executive), et bénéficie d’une quantité de petits détails pratiques. Un bon point pour un produit Lexus, où l’ergonomie déroute parfois par ailleurs…

Ce Lexus UX300e se place à mi chemin entre un SUv et un crossover, en termes de design.
Ce Lexus UX300e se place à mi chemin entre un SUv et un crossover, en termes de design. © Antoine Larigaudrie

Le point fort: encore plus Lexus qu’une Lexus!

Le confort est typiquement Lexus, de très haute qualité. Les sièges sont enveloppants et confortables, et tout l’habitable est d’une inspiration très zen, extrêmement bien insonorisé. Un vrai petit cocon. Petit c’est le mot, surtout aux places arrières, pas très grandes et plutôt encaissées… Mais qui restent très confortables.

Une fois le contact mis (avec à basse vitesse un curieux bruit de roulement artificiel d’inspiration très… fantomatique!), cette Lexus 100% électrique devient… Encore plus Lexus. A croire que les produits de la marque étaient presque "faits" pour l’être à l’origine. L’intégration de cette motorisation (une batterie de 54 kWh et un moteur électrique avant d’une puissance équivalent à 184 chevaux) est d’un naturel remarquable, dans un véhicule qui se révèle plaisant à mener, car plutôt léger pour un engin électrique (1,7 tonne).

Même si l’UX300e est capable de jolies accélérations en mode Sport (0 à 100km/h en 8,7 secondes), l’idéal en circulation urbaine et péri-urbaine sera de régler la traction en mode éco, et de se mettre en position B sur le levier de vitesse, qui garantit la plus forte puissance de récupération d’énergie au freinage. Grâce à cela, on peut conduire avec la seule pédale de droite, l’engin freinant très franchement au lever de pied. Grâce à ces réglages très économiques, l’UX300e est doté d’une autonomie plutôt correcte pour un usage de commuting: elle est annoncée à 260 kilomètres (WLTP).

Les temps recharge constituent une bonne surprise aussi, avec 5h sur une prise Type 2 à 32 ampères, et environ 57 minutes sur un super chargeur combo à 50kW. Malgré tout il vous faudra patienter 18 heures sur une prise de courant domestique de faible puissance…

L'habitacle très confortable de ce Lexus UX300e.
L'habitacle très confortable de ce Lexus UX300e. © Antoine Larigaudrie

Le point noir: coffre et habitacle plutôt petits

Quelques détails laisseront un peu sceptiques, comme le coffre, plutôt petit à 360 litres, surtout quand il est déjà bien occupé par la trousse des câbles de recharge. Ne comptez pas emporter beaucoup plus qu’une grosse valise et un gros sac de sport. Le côté un peu austère de l’habitacle ne plaira peut-être pas à certains, tout comme l’habilité arrière, encore une fois mesurée.

Enfin la démultiplication de la direction ainsi que les réglages très souples de la suspension laisseront sur leur faim les automobilistes qui aiment "ressentir" la route. Même si ce n’est globalement pas l’objet de cet UX300e, on n’est vraiment pas dans le domaine des grandes sensations automobiles. Cette Lexus, devenue "encore plus Lexus" dans cette version entièrement électrique, ne deviendrait-elle pas finalement… "trop Lexus"?

L'autonomie de 260 kilomètres en version WLTP reste adaptée aux trajets du quotidien, mais ne permet clairement pas de longs trajets sur les week-ends.
L'autonomie de 260 kilomètres en version WLTP reste adaptée aux trajets du quotidien, mais ne permet clairement pas de longs trajets sur les week-ends. © Antoine Larigaudrie

Mais à quel prix? Bon prix, mais attention à a concurrence à venir

A 49.900 euros en version Pack de base, déjà très correctement équipée, Lexus frappe plutôt juste en termes de tarifs. Déjà, cela lui permet d'être éligible aux bonus gouvernementaux (2000 euros de bonus sur cette version).

Ensuite, ce Lexus se positionne d’entrée de jeu sur un segment où il n’y aura pas beaucoup de concurrents avant un petit moment, ses rivaux pouvant être le Mazda MX30 (moins cher à 34.000 euros prix d’attaque, mais volontairement bridé à 200 kilomètres d’autonomie) ou le Volvo XC40 Recharge Pure Electric (plus autonome à 400 kilomètres, mais bien plus cher à 58.480 euros).

Cela dit, son rival le plus sérieux sera le Mercedes EQA, tarifé exactement pareil en prix d’attaque… Et beaucoup plus autonome à 416 kilomètres. Ce sera le principal ennemi du Lexus UX300e, en attendant la réplique du côté de chez Audi ou BMW… mais avec une approche sensiblement différente. Le japonais compte d’ailleurs sur un impact commercial supérieur notamment sur les ventes de véhicules professionnels.

Ces aspects mis à part, si l’objectif était de démontrer avec un seul produit que Toyota est totalement prêt à se lancer dans le véhicule 100% électrique de masse, avec une technologie très efficace et totalement maitrisée, on peut dire que l’essai est transformé. Ce Lexus UX300e est une réussite incontestable.

Modèle essayé : Lexus UX300e Executive, 61.990 euros

Antoine Larigaudrie