BFM Business

Essai - BMW X7, la folie des grandeurs

Avec son X7, BMW augmente encore d'un cran son impressionnante gamme de SUV. Mais plutôt qu'un grand X5, la marque bavaroise présente plutôt ce nouveau modèle comme une version surélevée de sa célèbre berline de luxe, la Série 7. Découverte en vidéo.

Et de 7! Le dernier BMW X7 ajoute en effet un septième membre à la grande famille des SUV de la marque bavaroise. Et le dernier arrivé aura du mal à se faire discret avec ses dimensions XXL. Dévoilé au dernier salon de Los Angeles fin 2018, il se destine plutôt aux Américains friands de ce format "king-size". Mais loin d'être un monstre sans âme comme on pouvait le craindre, ce X7 se révèle plutôt comme un concentré de luxe et de confort qui pourrait connaître un certain succès dans nos contrées. Découverte de ce nouveau géant du luxe.

Avec ses 5,15 mètres de long, ce X7 se range tout simplement tout en haut de la gamme BMW.
Avec ses 5,15 mètres de long, ce X7 se range tout simplement tout en haut de la gamme BMW. © JB

Mais pourquoi le BMW X7?

Avec ses 5,15 mètres de long (20cm de plus qu'un X5), 1,8 mètre de haut (6cm de plus) on ne peut pas vraiment dire que ce X7 se destine principalement aux Européens. Il vise clairement les marchés américain et asiatique, mais BMW y voit tout de même un certain potentiel en France, notamment dans des régions montagneuses ou un public disposant d'un certain budget peut désirer profiter à la fois du côté passe-partout d'un SUV sans pour autant rechigner sur le confort, le luxe et un certain niveau d'équipements. De quoi notamment venir concurrencer des modèles comme le Mercedes GLS ou le Range Rover dans cette catégorie des baroudeurs chics.

Plus qu'un gros X5, BMW présente ce X7 (à droite) comme une Série 7 (ici, à gauche) surélevée.
Plus qu'un gros X5, BMW présente ce X7 (à droite) comme une Série 7 (ici, à gauche) surélevée. © JB

Au volant

Pour monter à bord de ce SUV XXL, le marchepied n'est pas de trop. Il nous permet ainsi de nous hisser à bord sans difficulté pour découvrir un environnement très luxueux, bien installé dans les sièges particulièrement confortables à l'avant. Pendant SUV de la luxueuse Série 7, l'intérieur de ce X7 reste ainsi de très bonne facture avec des matériaux nobles, cuir, alcantara et avec des inserts en bois. Un ensemble parachevé par l'option "CraftedClarity" qui nous donne droit en particulier à un magnifique levier de vitesse en cristal. L'intérieur clair de notre version d'essai participe à rendre l'intérieur particulièrement lumineux, bien aidé par les larges surfaces vitrées. Il faut reconnaître ce mérite au X7, loin du SUV-char d'assaut aux ouvertures façon meurtrières du moyen-âge, on est plutôt ici dans un palais moderne, très agréable à vivre à l'intérieur, surtout dans notre finition "Exclusive" plutôt orientée luxe que sport.

L'intérieur reprend le meilleur des technologies actuelles proposées par BMW.
L'intérieur reprend le meilleur des technologies actuelles proposées par BMW. © JB

Même satisfaction une fois le moteur 6 cylindres diesel de 265 chevaux démarré: la puissance est au rendez-vous et n'est d'ailleurs pas de trop pour déplacer près de 2,5 tonnes. Et l'isolation sonore très poussée participe clairement au confort à bord, nous coupant parfaitement de ce qui se passe sous le capot et à l'extérieur.

Parmi les autres points forts de ce X7: sa suspension pneumatique de série, ajoutant une dose de confort supplémentaire. Et qui permet, en abaissant la hauteur de caisse de 4cm, de gagner en aérodynamisme sur voie rapide, et dans le sens inverse, en le relevant de 4cm, de jouer les SUV tout-terrain. La direction reste assez souple mais suffisamment précise pour manier correctement ce grand vaisseau de 2 mètres de large.

Malgré son gabarit de "bodybuilder" automobile, les quatre roues directrices et une batterie de caméras et de capteurs font d'ailleurs de ce X7 un engin très maniable. Après un petit temps d'adaptation, on le manipule avec aisance, même si le croisement avec des poids lourds dans les rues assez étroites des petites villes françaises nous rappelle assez vite que nous serions sans doute plus à l'aise au milieu de l'Ouest sauvage américain.

L'affichage tête haute directement dans le pare-brise fait partie des nombreux équipements de ce X7.
L'affichage tête haute directement dans le pare-brise fait partie des nombreux équipements de ce X7. © JB

L'espace à bord est logiquement impressionnant: du "petit" coffre de 362 litres en configuration 7 places, on peut disposer de 750 litres en abaissant la 3e rangée et de 2120 litres avec uniquement les deux places à l'avant (photo ci-dessous). Les sièges se rabattent automatiquement et un bouton permet en un clic de passer en 20 secondes environ en configuration "bagages maximum" ou en mode "7 passagers à bord".

Ce luxe et ce confort à bord de ce SUV géant ont malheureusement un prix: 94.400 euros pour notre xDrivze30D... auquel on retrouve pas moins de.... 40.450 euros d'options (soit une 308 GTI malus compris), pour un prix total de 134.850 euros. D'ailleurs en parlant de malus, il faudra tout de même ajouter 5113 euros à la facture, même si on peut souligner qu'avec une telle puissance, les 171 g/km de CO2 restent assez raisonnables. La version essence 6 cylindres de 340 chevaux explose de son côté ce score, avec au moins 199 g/km, ne lui permettant pas d'échapper au malus maximum de 10.500 euros.

Le coffre avec les sièges rabattables  électriquement permet en un seul appui de profiter du volume maximum de 2120 litres avec seulement les 2 places à l'avant.
Le coffre avec les sièges rabattables électriquement permet en un seul appui de profiter du volume maximum de 2120 litres avec seulement les 2 places à l'avant. © EL

"LE" truc en plus: tout, en plus gros

Forcément avec un tel gabarit, il faut un peu revoir ses habitudes en termes d'échelle des différents organes du véhicule. Cela commence à l'avant, avec la calandre géante de la Série 7, sans doute plus proportionnée sur le SUV. Le logo BMW est d'ailleurs un peu plus gros de quelques centimètres pour rester visible au milieu de ce gigantisme automobile.

Moins symbolique que la calandre et le logo, être plus grand peut être aussi pratique: c'est en particulier le cas pour les vitres du véhicule qui donne l'impression d'être dans un palais de verre. Un sentiment renforcé par le toit panoramique géant... qui n'oublie pas les passagers arrière (voir LE chiffre). Dernière exemple de ce gigantisme généralisé, les portières arrière qui se révèlent plus grandes que celles à l'avant en particulier pour faciliter l'accès à la troisième rangée de sièges.

Les portières plus larges à l'arrière pour faciliter l'accès au 3e rang.
Les portières plus larges à l'arrière pour faciliter l'accès au 3e rang. © JB

"LE" chiffre: 7

Comme X7... et ses 7 vraies places. Au troisième rang, on retrouve en effet deux sièges assez confortables et chauffants, avec porte-gobelets, ports USB et une ouverture vers un mini-toit panoramique dédié. Situé dans le prolongement du grand toit vitré, il est simplement séparé par un montant assez fin et qui perd de loger les réglages de la climatisation dont profitent aussi les passagers du troisième rang qui restent ainsi en conditions première classe. Finalement c'est plutôt la place centrale du deuxième rang qui se révèle la moins confortable, plus dure avec l'accoudoir rabattable. Cette place peut d'ailleurs être retirée dans le X7 en configuration 6 places.

Les passagers du 3e rang profitent de leurs propres réglages de climatisation et d'un toit panoramique dédié.
Les passagers du 3e rang profitent de leurs propres réglages de climatisation et d'un toit panoramique dédié. © JB

Notre modèle d'essai: BMW X7 xDrive30d 265 ch en couleur Artikgrau métallisé

Julien Bonnet, avec Essia Lakhoua