BFM Business

Comment les routes françaises se sont dégradées en quelques années

Image d'illustration - Le gouvernement va lancer un plan d'un milliard d'euros pour rénover les routes françaises.

Image d'illustration - Le gouvernement va lancer un plan d'un milliard d'euros pour rénover les routes françaises. - SEBASTIEN BOZON / AFP

Classée 1ère en 2011 pour l’état de ses routes, selon les critères du Forum Economique Mondial, la France n’est aujourd’hui plus que 7e. L’histoire d’une dégradation, suite à un manque d’investissement dans les infrastructures.

Nids de poule, marquages au sol dégradés ou effacés, chaussées déformées, l’état des routes françaises se montre de plus en plus préoccupant, "critique" même selon Elisabeth Borne.

La semaine dernière, la ministre des Transports a annoncé au Sénat un "Plan de sauvegarde des routes". Le gouvernement va ainsi débloquer 1 milliard d’euros en 2019, afin de rénover plusieurs milliers de kilomètres de routes. Les détails seront annoncés lors des discussions de la loi d’Orientation des mobilités (lOm) cet automne.

Les routes, un atout pour la compétitivité du pays

Point fort de la France, l’état des routes s’est rapidement dégradé ces dernières années. En 2011, selon les critères du Forum Economique Mondial, la France occupait le 1er rang du classement sur la qualité des routes. Cette année, elle n’est plus que 7e, et le Forum souligne une tendance à la dégradation. Les meilleures routes du monde se trouvent désormais aux Emirats Arabes Unis, à Singapour et en Suisse. Or, l’état des routes (comme des infrastructures) fait partie des critères de compétitivité d’un pays.

L'hiver rigoureux, la neige, la glace, ont encore contribué cette année à la dégradation des chaussées.
L'hiver rigoureux, la neige, la glace, ont encore contribué cette année à la dégradation des chaussées. © Pascal Guyot - AFP

Une baisse du budget d'entretien

La baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales, qui entretiennent les 370.000 kilomètres de routes départementales, comme celle des crédits pour les presque 12.000 kilomètres de routes nationales et d’autoroutes non concédées (dont l’Etat a la charge) s’est donc fait sentir sur les chaussées.

"Le sous-investissement des dernières décennies a été manifesté sur le réseau routier non concédé", reconnait Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, dans la communication officielle autour du plan de sauvegarde des routes.

50% des chaussées à renouveler

Selon Elisabeth Borne, citée par l’AFP, entre 40 et 50% des chaussées sont à renouveler. Une route sur deux n’a pas de marquage de sol, tandis qu’un pont sur 10 serait en mauvais état. 40% des panneaux ne seraient eux plus conformes.

"Je suis automobiliste, mais également motard, et vous slalomez entre les nids de poule, pas seulement dans la capitale, et en Ile-de-France, cela devient dangereux, commentait ce lundi sur RTL Yves Carra, président de l’Automobile Club Association. Mais le bitume, c’est très technique à entretenir. Il ne faut pas que l’eau rentre par-dessus, ni par les côtés. Avec la densité supérieure de la glace, l’hiver ça explose, il y a aussi des racines d’arbres qui rentrent. Je pense que nous sommes bien aux 50 %".

Ces dégradations sont en effet dénoncées depuis trois ans par les associations d’usagers, en particulier dans le cadre du débat sur le passage à 80km/h. 40 Millions d’Automobilistes avait ainsi publié en novembre 2016 un rapport intitulé "J’ai mal à ma route", avant la mise en place d’une application fin 2017. Les usagers pouvaient ainsi signaler les dégradations sur leur trajet quotidien.

"Au départ, quand on doit faire des coupes budgétaires, cela ne se voit pas, ensuite cela se sent, par exemple avec les nids de poule, résume Yves Carra. Cela devient dangereux. C’était donc un mauvais choix".

La ministre des Transports a par ailleurs confirmé son objectif d'"(accélérer), pour les axes du réseau routier desservant les villes moyennes, des opérations d'amélioration d'itinéraire: créneaux de dépassement, déviation, voire, lorsque les trafics le justifient, passage à 2x2 voies sur certaines sections".

Reste à savoir quelles routes seront concernées par ce plan d'1 milliard d'euros: uniquement les routes gérées par l'Etat ou également les dizaines de milliers de kilomètres gérées par les collectivités locales?

plus d’un million de kilomètres de routes en france

Pauline Ducamp