BFM Auto

Automobile: la France débloque 700 millions d'euros pour créer les batteries électriques du futur

Cette initiative s'inscrit dans le cadre du projet franco-allemand de mise sur pied d'une production de batteries en Europe

Cette initiative s'inscrit dans le cadre du projet franco-allemand de mise sur pied d'une production de batteries en Europe - Ezequiel BECERRA / AFP

L'État va débloquer 700 millions d'euros sur les cinq prochaines années pour soutenir le développement de la filière de batteries électriques de nouvelle génération, a annoncé mercredi l'Élysée.

Dans le développement des voitures électriques, le nerf de la guerre, ce sont les batteries. Et pour ne pas laisser ce marché aux Gafa ou aux Japonais, comme Panasonic d'ailleurs partenaire de Tesla, la France et l'Allemagne se donnent les moyens de développer la batterie du futur.

La France va débloquer 700 millions d'euros durant les cinq prochaines années pour soutenir le développement de la filière de batteries électriques de nouvelle génération, a annoncé mercredi l'Élysée. Cette initiative s'inscrit dans le cadre du projet franco-allemand de lancement d'une production de batteries en Europe, alors que le secteur est actuellement dominé par les acteurs asiatiques. L'Allemagne a récemment annoncé y consacrer un milliard d'euros d'ici à 2022. 

Fin décembre, Paris et Berlin ont signé un accord "stratégique" en coopération avec la Commission européenne, commençant à concrétiser un projet de longue date en gestation et qui a été surnommé "Airbus des batteries".

Ne pas laisser le marché aux Gafa

Les mesures annoncées par l'Elysée doivent être détaillées par Emmanuel Macron dans la soirée à l'occasion du Gala du centenaire de l'Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA). Le président devrait donner sa vision de l'automobile et de l'importance qu'elle représente pour la France devant des ministres et des responsables de l'industrie, selon l'Elysée.

Il y réaffirmera le plan de déployer 100.000 bornes électriques d'ici à 2022 contre environ 25.000 aujourd'hui. Il devrait également insister sur la nécessité pour l'Europe de se doter d'un cadre réglementaire pour rester dans la course des véhicules autonomes, actuellement dominée par les géants du numérique (Gafa).

Ces annonces interviennent avant la présentation jeudi du rapport sur le futur de l'industrie automobile française commandé à Xavier Mosquet, spécialiste de l'industrie automobile et Patrick Pelata l'ancien directeur général de Renault. En octobre, Emmanuel Macron leur a confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes et électriques.

Pascal Samama avec AFP