BFM Business

Accidents de trottinettes: "nous allons vers de plus en plus de drames"

La députée LaREM Laurianne Rossi, qui propose une série d'amendements sur l'usage des trottinettes électriques dans le cadre de la loi Mobilités craint davantage de "drames" sans mesures "urgentes". En début de semaine, une femme et son bébé ont été percutés à Paris.

Alors qu'elle traversait sur un passage piéton à Paris, une femme a été percutée par un conducteur de trottinette électrique avec son bébé. Son mari "effaré" par cet accident qui aurait pu être dramatique a appelé les pouvoirs publics à réagir, réclamant l'interdiction pure et simple des trottinettes électriques.

Cet accident, n'est sans doute pas le dernier, reconnaît sur BFM Paris la députée LaREM des Hauts-de-Seine Laurianne Rossi.

"Nous allons vers de plus en plus de drames malheureusement si nous ne prenons pas de mesures urgentes aussi bien concernant la circulation de ces trottinettes que leur stationnement sur le trottoir", admet-elle. 

"Nous voyons la situation s'aggraver"

Dans le cadre de la loi Mobilités, cette élue a défendu plusieurs amendements pour encadrer la pratique des trottinettes électriques. Après l'examen du projet de loi en commission, le texte devrait prochainement être étudié en séance à l'Assemblée nationale.

"Nous appelons à agir rapidement, car nous voyons dans nos villes la situation s'aggraver", ajoute la députée. Dans son département des Hauts-de-Seine, un octogénaire est mort après avoir été renversé par une trottinette. 

Parmi les mesures défendues par Laurianne Rossi: le port du casque obligatoire, l'obligation de disposer de dispositifs réfléchissants mais aussi la mise en place d'un âge minimum pour utiliser les trottinettes électriques. Dans l'accident survenu à Paris, le conducteur de la trottinette était mineur.

Un âge minimum pour utiliser ces engins

Si à Paris, la charte de bonne conduite appelle les opérateurs de trottinettes à s'assurer que leurs utilisateurs sont majeurs, la députée souhaite que ce mode de transport reste accessible aux ados.

"Je propose 14 ans qui est l'âge requis pour conduire un scooter ou 12 ans, l'âge auquel vous passez le BSR, le brevet de sécurité routière (...). Dans la mesure où on autorise aux jeunes de 14 ans de conduire un scooter, je vois mal pourquoi on positionnerait l'âge à 18 ans", insiste la députée.

Initialement, la ministre des Transports proposait un âge minimum fixé à 8 ans. "8 ans moi je ne pouvais pas m'en satisfaire. On ne va pas projeter un enfant de CE1 sur la chaussée sans connaissance du code de la route", appuie Laurianne Rossi. 

La loi Mobilités doit aussi donner un statut pour les trottinettes. A l'heure actuelle, elles n'ont pas de vrai statut juridique. Selon le texte, elles seront assimilés à des "engins de déplacement personnel" avec obligation de rouler sur les pistes cyclables ou à défaut sur la chaussée. En conséquence, les conducteurs de ces engins pourront en cas d'infraction au code de la route être sanctionnés. La loi Mobilités devrait être effective en septembre. 

Carole Blanchard