BFM Tech

Un blogueur russe en prison pour avoir joué à Pokémon Go dans une église

-

- - cc Stux

Sa vidéo a ulcéré l'église orthodoxe russe au point que Rouslan Sokolovksi soit incarcéré avant son procès. Il risque cinq ans de prison.

En Russie, il ne fait pas bon chasser des Pokémon dans une église. Un tribunal a en effet a ordonné le 28 octobre 2016 l'incarcération pour trois mois d'un jeune blogueur russe auteur d'une vidéo dans laquelle il se livrait à cette activité, a indiqué l'agence RIA Novosti.

En août dernier, Rouslan Sokolovski, ulcéré par une émission télévisée expliquant qu'il était juridiquement risqué de jouer à Pokémon Go dans une église, avait choisi de s'y essayer dans la cathédrale d'Iekaterinbourg.

Il s'y était filmé attrapant plusieurs créatures virtuelles, avec en bande-son une musique reprenant une fausse prière ponctuée de jurons, avant de sortir de l'église, disant regretter "n'avoir pu attraper le Pokémon le plus rare de tous: Jésus". Publiée le 11 août sur YouTube, la vidéo était devenue virale: elle a été vue près de 1,5 million de fois. L'influente Eglise orthodoxe russe l'avait accusé de blasphème.

Le tribunal d'Iekaterinbourg (Oural) a décidé que le blogueur de 22 ans, qui n'avait pas respecté son assignation à résidence après son arrestation, devait être emprisonné dans l'attente de son procès, où il encourt jusqu'à cinq ans de prison pour appel à la haine et atteinte à la liberté religieuse.

Selon son avocat Alexei Bushmakov, cité par RIA Novosti, le tribunal a ordonné son emprisonnement à la demande des enquêteurs parce que sa petite amie lui avait rendu visite le jour de son anniversaire.

La loi controversée en vertu de laquelle il a été arrêté et inculpé avait été votée en réponse à la performance du groupe punk Pussy Riot en 2012 dans une église de Moscou. Deux membres du groupe avaient été condamnés à deux ans de prison pour hooliganisme.

Un jeu souvent critiqué

La décision d'incarcérer le jeune homme a été critiquée vendredi par Mikhail Fedotov, chef du Conseil présidentiel des droits de l'homme: "Il ne méritait absolument pas d'être détenu", a-t-il déclaré la radio Echo de Moscou. "L'incarcération est une mesure exceptionnelle", a-t-il expliqué, demandant la clôture de l'affaire en raison de son caractère "trivial".

Amnesty International a appelé la Russie à relâcher immédiatement le blogueur, jugeant "grotesques" les accusations pesant contre lui.

L’église orthodoxe russe n’est pas la seule à vouer le jeu aux 500 millions de téléchargements aux gémonies. Cet été, un évêque italien a même été jusqu’à comparer Pokémon Go à "un système totalitaire proche du nazisme"… Le jeu a aussi des détracteurs aux Etats-Unis : une association promouvant les "valeurs traditionnelles" a lancé une pétition contre Pokémon Go expliquant combien ce jeu est une "distraction dangereuse pour les enfants et les jeunes adultes" qui a recueilli plus de 760.000 signatures.

C.B. avec AFP