BFM Tech

Trierweiler sur Twitter : quelles conséquences ?

-

- - -

Le tweet de Valérie Trierweiler, dans lequel elle encourage l'adversaire de Ségolène Royal à La Rochelle, n'en finit plus de faire parler. Et cette affaire pourrait bien avoir des conséquences sur l'image du président et de sa compagne.

En 140 signes, elle a mis le feu à la scène politique : le tweet de Valérie Trierweiler encourageant l’adversaire de Ségolène Royal à La Rochelle a pris tout le monde de court. Ce mardi, le président, qui faisait un discours au Conseil économique et social, est sorti de sa voiture sans un regard ni un geste en direction des caméras. Embarrassé, l’entourage du président admet qu’il s’agit d’une affaire privée, qui a des conséquences politiques.

« Ça va laisser un grand malaise »

Christine Clerc est journaliste politique et éditorialiste à Valeurs Actuelles, auteur de l'ouvrage Tigres et tigresses, qui traite du sort des Premières dames. Selon elle, l'incident est « une catastrophe. François Hollande voulait être un homme simple, ne pas parler de la vie privée – à tel point qu’il n’avait pas invité ses enfants à l’Elysée. On a tout fait pour que ce ne soit pas people, pas famille, et puis ça revient sur le devant de la scène alors qu’il y a tellement d’autres problèmes. C’est un coup très embêtant pour lui. En dehors d’un grand éclat de rire, ça va laisser un grand malaise. »

« Elle n’a pas à s’impliquer dans une bataille politique »

En affirmant ainsi publiquement son opinion sur une affaire politique, Valérie Trierweiler pose brutalement la question de son rôle auprès de François Hollande : « Ce n’est pas le rôle de la première dame de France de s’impliquer dans une bataille politique, c’est totalement hors-sujet, c’est quelque chose d’incroyable », s’exclame Serge Raffy, rédacteur en chef au Nouvel Observateur et auteur la biographie François Hollande : itinéraire secret. « Même Danielle Mitterrand, qui dérangeait beaucoup par ses prises de position plus gauchistes que François Mitterrand, n’allait jamais aussi loin, explique Serge Raffy, pour qui il s’agit surtout d’une rivalité entre deux femmes : depuis des mois, on sentait bien qu’au fond Valérie Trierweiler n’arrivait pas à accepter la présence de Ségolène Royal dans la sphère politique. Or Ségolène Royal est une femme politique, et elle ne sortira jamais du jeu. Donc ce qu’il y a de compliqué pour Valérie Trierweiler, c’est qu’il faut qu’elle accepte cette situation-là. »

« J’ai été surpris d’apprendre qu'Hollande soutenait Royal »

Eric Dupin est journaliste et essayiste, spécialiste du Parti socialiste. Pour lui, François Hollande a aussi une responsabilité dans cette affaire : « J’ai été surpris d’apprendre que François Hollande soutenait personnellement Ségolène Royal et qu’elle en faisait un argument électoral, dans la mesure où il avait déclaré qu’en tant que président de la République, il se tiendrait à l’écart de la vie des partis, et qu’il ne serait pas le chef de la majorité parlementaire. Donc il n’a pas, me semble-t-il, à intervenir directement dans une bataille politique. »

« Les effets ne dépasseront pas quelques jours »

Cette histoire risque-t-elle vraiment de poursuivre François Hollande ? Pour Christine Clerc, « ça va avoir des conséquences énormes : explosion de la vie privée sur la scène publique, doute sur François Hollande et le fait qu’il soit mené par sa compagne, retentissement dans la presse étrangère, et puis désordre extrême dans cette campagne pour les législatives ».
Une analyse que tempère Christian Deloporte, historien de la communication politique : « Ça va beaucoup amuser les humoristes et les caricaturistes, mais je pense que les effets ne dépasseront pas quelques jours. On va rentrer maintenant dans une phase beaucoup plus importante qui est celle des prises de décision, avec une Assemblée nationale constituée : on parlera avant tout des initiatives dans les semaines qui viennentJe ne pense pas que cela le fragilise sur le plan politique, mais ça remet en cause une partie de sa posture qui consistait à dire : "je sépare de manière hermétique la vie publique de la vie privée" »

La Rédaction, avec H. Perrier et V. Jacquier