BFM Business

Instagram s'attelle à la prévention du suicide sur son réseau

-

- - CHANDAN KHANNA AFP

Après le suicide d'une jeune utilisatrice, Instagram décide de restreindre la visibilité de contenus sensibles sur le réseau social.

Critiqué pour sa passivité, Instagram dévoile de nouveaux outils pour rendre sa plateforme plus sûre. Dans une tribune publiée par le quotidien britannique Daily Mail, le nouveau patron du réseau social fait part de propositions pour mieux prévenir le suicide sur son application et protéger "les plus vulnérables".

L’annonce fait suite à de nouvelles révélations liées au suicide d’une jeune adolescente britannique, fin 2017. Molly Russel, alors âgée de 14 ans, avait consulté de nombreuses images sur Instagram, liées à la dépression, à l’automutilation et au suicide, d'après les éléments de l'enquête.

Dans un entretien accordé à la BBC, le père de la jeune fille avait conclu qu'Instagram "avait aidé à tuer sa fille". Par la suite, le ministre de la santé britannique avait menacé de prendre des sanctions contre le réseau social. Il reprochait à la filiale de Facebook de banaliser les images de violence et de favoriser la naissance d’une "génération suicide". 

Un "écran de sensibilité" 

Dans son texte, Adam Mosseri se dit "profondément ému" par cette affaire. Pour rendre les utilisateurs du réseau moins exposés aux contenus liés au suicide, aux maladies mentales, voire à l'automutilation, il annonce que les images associées à ces thèmes seront désormais précédées d'un "écran de sensibilité". Les membres du réseau devront cliquer sur une case pour certifier qu'ils souhaitent bien voir le contenu en question.

"Nous n’autorisons pas nos utilisateurs à faire la promotion des comportements autodestructeurs, mais les conseils [d'experts] que nous avons reçus nous conduisent à penser qu’il ne faut pas stigmatiser les problèmes de santé mentale en supprimant les images qui reflètent les sujets sensibles avec lesquels des personnes sont aux prises", complète le PDG d'Instagram, concédant qu'il est délicat d'identifier automatiquement ces images avant qu'elles ne soient vues par d'autres utilisateurs.

Instagram s'aligne en cela avec Facebook, par ailleurs propriétaire de la société depuis 2012. Dès juin 2016, l'entreprise de Mark Zuckerberg avait annoncé la mise en place d'un "bouton de prévention du suicide". L'outil devait permettre aux utilisateurs de signaler les messages d'amis à même de se blesser ou de commettre un suicide. Facebook n'a par la suite pas communiqué sur le succès éventuel d'une telle option. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech