BFM Tech

Facebook: la Cnil évoque une "confusion des utilisateurs"

Le réseau social revendique plus de 25 millions d'utilisateurs actifs en France.

Le réseau social revendique plus de 25 millions d'utilisateurs actifs en France. - -

Sans se prononcer sur le fond - Facebook est-il responsable d'un bug qui a publier des messages privés par erreur? -, la Cnil veut toutefois surveiller le réseau.

24h après l'afflux des premiers témoignages français dénonçant la publication de messages privés par Facebook, la Cnil n'a pas encore tranché. Sans dire si ces affirmations révélaient un réel bug ou relevaient d'une hallucination collective, la Commission nationale de l'informatique et des libertés a préféré mardi renvoyer à de nouvelles investigations.

>> A lire aussi : Facebook nuit-il à la vie privée ?

"À ce stade des échanges, il ressort que des investigations complémentaires doivent être menées afin de déterminer si des messages privés ont effectivement été rendus publics", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

"Il y a encore des incertitudes sur ce qu'il s'est passé, tous ces systèmes sont extrêmement complexes. Mais il semble que cela n'affecte que des utilisateurs français", a renchéri la présidente de la Cnil, Isabelle Falque-Pierrotin, au micro de BFMTV.

"Confusion des utilisateurs"

Dès lundi soir, Facebook était en effet monté au créneau, se défendant de toute "atteinte à la vie privée" et affirmant que les publications visées sont "en réalité d'anciens messages postés sur les murs, qui ont toujours été visibles sur les profils des utilisateurs".

Selon la Cnil, qui a reçu pendant plusieurs heures des responsables de Facebook France, "il apparaît également que la généralisation de la nouvelle fonctionnalité Timeline, rendant plus facilement accessibles des messages anciens, a participé de la confusion des utilisateurs, lesquels sont de plus en plus conscients de la nécessité de protéger leur vie privée en ligne". Impossible donc d'y voir plus clair pour l'instant.

>> A lire aussi : Bug Facebook : Twitter se gausse

La Cnil a rappelé que le but de l'audition était "de clarifier les conditions et la portée de cette mise en ligne", et précisé que "des contacts avec des représentants de Facebook à l'étranger ont aussi été entrepris".

Le gouvernement s'était saisi du dossier mardi matin, sommant la direction de Facebook France de rendre des comptes à la Cnil, mais aussi d'apporter aux Français "des explications claires et transparentes, sans délais".

S. C. avec AFP