BFM Tech

Des robots pour redonner le sourire aux enfants hospitalisés

-

- - Jean-Philippe Ksiazek AFP

Grâce à des robots de téléprésence, de petits patients vont pouvoir rester en contact avec leurs amis et famille. Et en gardant le moral, ils pourront mieux se battre contre la maladie.

Depuis quelques semaines, Hubble, Be-Hope et RB22, trois robots de téléprésence ont été mis à la disposition de familles d’enfants hospitalisés de longues semaines en chambre stérile à l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique de Lyon (IHOPe) pour aider les jeunes patients à supporter le sentiment d'isolement qu’ils ressentent souvent dans de pareils cas.

L’opération baptisée VIK-e (Victory in Innovation for Kids - electronic) est une première mondiale en milieu hospitalier. Le principe est simple: le jeune patient dirige à distance depuis sa chambre d'hôpital, à l'aide d'un ordinateur ou d'un smartphone, un robot de téléprésence qui se trouve chez lui, dans sa classe ou un autre lieu de son environnement quotidien. A l'autre bout, sur l’écran de l'appareil apparaît son visage et ses proches peuvent ainsi entamer une discussion.

Lors de la présentation de l’opération, la mère d'une jeune patiente, ne cachait pas son émotion d'avoir ainsi, chez elle, un peu de sa fille à travers ce robot. "La dernière fois, elle était à côté de moi et on discutait pendant que je préparais le repas. Après, via le robot, elle est partie dans la chambre de son frère pour jouer avec lui aux cartes."

Un outil thérapeutique

"On est persuadé que cet outil est thérapeutique parce qu'un enfant qui conserve son lien social et familial va avoir envie de se battre" et supportera mieux les soins, explique Rose Fromont, présidente de l'Appel, association philanthropique de parents d'enfants atteints de leucémies ou autres cancers, qui finance le projet avec le soutien du groupe pharmaceutique Bristol-Myers Squibb.

Habituellement, ces robots, fabriqués par Awabot, une start-up de Villeurbanne, sont utilisés en entreprise pour le télétravail. Elle avait déjà confié des robots à l’iHOPe pour des opérations ponctuelles afin de faire vivre des manifestations culturelles comme la Nuit européenne des musées ou des concerts donnés dans le hall de l’hôpital aux enfants sans qu’ils aient à sortir de leur chambre.

L'expérience va être menée pendant deux ans et une analyse en sciences humaines et sociales sera réalisée pour évaluer les bénéfices potentiels pour les patients, les familles mais aussi les soignants.

Cécile Bolesse, avec AFP