BFM Business

Des menaces à la bombe envoyées par mail pour récupérer des bitcoins

Ce mardi 20 novembre, le Bitcoin ne dépassait pas les 4 600 dollars l'unité.

Ce mardi 20 novembre, le Bitcoin ne dépassait pas les 4 600 dollars l'unité. - Pexels

Pour forcer la main à des dizaines d’établissements dans le monde, des escrocs les ont menacés par mail d’une attaque à la bombe s’ils ne procédaient pas au versement rapide d’une somme en bitcoins.

La méthode a tout d’un braquage numérique. Pour récupérer plus rapidement de l’argent, et sans passer par le chiffrement des données de leurs victimes, des escrocs ont lancé une large campagne de mails à l’encontre d’établissements américains, canadiens et néo-zélandais, dont des écoles et des hôpitaux. En corps du message: l’obligation de procéder au versement d’une somme importante en bitcoins en moins de 24h, sous peine d’une attaque à la bombe, comme le rapporte The Verge.

"Bonjour. Mon mercenaire a déposé une bombe (azoture de plomb) dans l’immeuble où vous travaillez. Il a fabriqué la bombe en suivant mes instructions. Elle peut être cachée n’importe où, car elle est de petite taille", mentionne ainsi l’un des messages reçus.

"Cette bombe ne pourra pas détruire la structure du bâtiment, mais si elle détonne, il y aura beaucoup de blessés (…) Mon partenaire surveille la situation aux environs de l’immeuble. S’il remarque la moindre activité suspecte, la bombe explosera. Je peux appeler et tout faire arrêter si vous me transférez 20 000 dollars en bitcoins. Ma garantie ne sera valide qu’après trois confirmations par blockchain. Vous devez régler la transaction avant la fin de la journée", est-il également indiqué, en intégrant une adresse à laquelle envoyer l’argent. Jusqu’à présent, trois adresses principales de portefeuilles en ligne ont été recensées, note The Verge. Toutes pourraient néanmoins être liées au même groupe de personnes.

"Pas de menace crédible" à ce stade

Si aucune preuve de passage à l’acte des auteurs de cette opération n’a encore été relevée, ces messages menaçants ont causé plusieurs évacuations dans le pays, dont celles d’écoles ou d’hôpitaux.

Les autorités locales, dont la police de l’Oklahoma et celle du comté de Suffolk, ont fait part de nombreux signalements de menaces à la bombe. Elles invitent les établissements visés à ne pas céder à ce chantage.

"Nous avons pris connaissance des menaces à la bombe récentes dans plusieurs villes du pays", note pour sa part le FBI dans un communiqué. "Comme toujours, nous encourageons le public à rester vigilant et à faire remonter rapidement toute activité suspecte qui pourrait représenter une menace à la sécurité publique."

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech