BFM Business

Coronavirus: les déplacements des Américains suivis grâce à la publicité en ligne

New York, le 28 mars

New York, le 28 mars - SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Pour mesurer si les Américains respectent les mesures de confinement, leurs données de localisation sont transmises par des annonceurs. Elles sont bien sûr anonymisées et ne serviront pas à verbaliser les citoyens au cas par cas.

Le sujet taraude différents pays depuis le début de l’épidémie du Covid-19. Faut-il utiliser les données télécom pour mesurer l’avancée du virus et s’assurer que les mesures de confinement sont bien respectées? Aux Etats-Unis, c’est désormais une réalité.

A contrario d’autres pays, ce ne sont pas les opérateurs qui fournissent ces informations à l’instar de Swisscom en Suisse, mais les entreprises de l’industrie de la publicité mobile, révèle le Wall Street Journal. Ces dernières ont en effet accès à la localisation de millions de smartphones, notamment pour diffuser des annonces personnalisées. Les données sont transmises aux Centres de contrôle et de prévention des maladies, ainsi qu'aux États et aux collectivités locales. 

Contrôler le respect du confinement 

L’objectif est de déterminer si les citoyens respectent les consignes de confinement, alors que les Etats-Unis sont désormais le pays le plus touché par le coronavirus avec plus de 143.000 cas. Les données sont rendues anonymes et il ne s'agit pas de verbaliser les personnes au cas par cas. 

Toujours selon le Wall Street Journal, le but est de créer un portail gouvernemental contenant des informations de géolocalisation d'environ 500 villes, afin de déterminer dans quelle mesure les gens se plient aux mesures. Les données ont par exemple révélé qu’un grand nombre de personnes se rassemblaient dans un parc de la ville de New York. Permettant d’envoyer la police sur les lieux.

L’utilisation de ces données pose question, notamment en matière de protection de la vie privée. En France, le sujet est sur la table du Care (Comité analyse recherche et expertise), un nouveau comité scientifique destiné à épauler le gouvernement. Orange attend le feu vert pour partager ses données anonymisées. Pour l'heure, le gouvernement n'envisage pas de suivre les citoyens de façon individuelle.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech