BFM Business

Comment des mineurs louent des trottinettes électriques (illégalement) sans débourser un centime

-

- - YouTube (Lime)

A Paris, des dizaines de collégiens accèdent à des données bancaires grâce à une simple messagerie instantanée. Ils peuvent ainsi circuler à l'œil en trottinette électrique.

Les opérateurs de trottinettes électriques seraient-ils trop peu regardants sur la nature de leurs clients? C’est ce que semble montrer une enquête publiée par Libération ce 28 juin. Le quotidien rapporte la situation d’un collège parisien, dans lequel de nombreux élèves âgés de moins de 15 ans utilisent des trottinettes électriques, sans débourser le moindre centime. Des échanges avec des receleurs de cartes bancaires leur permettent d’obtenir chaque jour des crédits sur l’application Lime, l’un des leaders du marché, et de rouler de façon illimitée dans les rues de Paris.

D’après Libération, le système est enfantin. Sur l’application de messagerie ICQ - très peu utilisée en France, une conversation regrouperait plus de 11.300 internautes, afin qu’ils puissent s’échanger des numéros de cartes bancaires, parfois venus de l’autre bout du monde. Les fournisseurs proposent quelques échantillons gratuits, mais également un abonnement de 100 euros pour obtenir davantage de numéros de cartes. Sur la plateforme, les adolescents sont aussi invités à fournir les informations bancaires de leurs proches pour enrichir la base de données.

Jusqu'à plusieurs centaines d'euros

Dans le cas du collège parisien mentionné par Libération, le partage de numéros de cartes bancaires sur ICQ nuit à la qualité de l’environnement scolaire: dès réception, tous les élèves tentent d’utiliser les informations avant que l’établissement bancaire ne bloque le moyen de paiement à distance. “Quand les messages tombent, il y a une grosse agitation, parce qu’il faut aller le plus vite possible” explique un professeur de l’établissement au quotidien.

Au total, les sommes cumulées peuvent atteindre plusieurs centaines d’euros. Ce système est particulièrement adapté au fonctionnement de Lime, qui a pour particularité d’utiliser un système de crédit plutôt qu’une facturation à la course. Le versement d’une grosse somme permet donc aux adolescents d’être autonomes pendant une longue durée, sans aucun moyen de paiement. Par ailleurs, l’entreprise, qui en théorie n’autorise pas l’inscription des mineurs, ne demande aucune pièce d’identité lors de la création d’un compte.

Depuis leur arrivée dans l’Hexagone durant l’été 2018, les trottinettes électriques sont régulièrement critiquées du fait de leur multiplication, parfois chaotique. Une situation qui a récemment poussé la mairie de Paris à limiter leur vitesse et à définir des zones de stationnement. Les différents opérateurs tentent eux aussi de redorer leur blason. Afin de mieux réguler sa flotte, Lime a récemment annoncé l’embauche de cinquante personnes - en intérim - sur le terrain.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech