BFM Tech

Aurous, le Spotify pirate, ne répond plus

-

- - -

La justice a pris en compte la plainte des maisons de disques et a ordonné à Aurous d'interrompre temporairement ses activités. Une prochaine audience aura lieu le 28 octobre.

Mise à jour du 16 octobre

C'est sur son fil Twitter que l'équipe d'Aurous a annoncé la nouvelle : "le téléchargement du logiciel est suspendu jusqu'à nouvel ordre".

La justice a répondu favorablement à la plainte de la RIAA. Celle-ci a obtenu une ordonnance restrictive temporaire contre l'appli Aurous. Son créateur a donc l'interdiction de faciliter, d'encourager et de promouvoir la violation des droits des auteurs représentés par la RIAA. Une interdiction qui comprend la distribution du logiciel.

Coïncidence ou non, ceux qui ont déjà Aurous peuvent toujours l'utiliser pour streamer des titres mais le téléchargement de chansons ne fonctionne plus.

Première publication le 14 octobre

Aurous, le Spotify pirate, attaqué en justice

La plainte déposée par les maisons de disques ne semble pas préoccuper outre-mesure Andrew Sampson, le développeur de ce logiciel. Elles lui réclament pourtant 3 millions de dollars.

La réaction a été immédiate et virulente. A la suite du lancement d’Aurous samedi dernier, plusieurs maisons de disques, dont Warner Bros, Sony Music et Capitol Records, ont attaqué en justice Andrew Sampson, le développeur de ce Spotify pirate. Les ayants-droit ont déposé une plainte dans un tribunal de Floride. "Ce service est un exemple flagrant d'un modèle économique basé sur le vol massif de propriété intellectuelle. Comme Grokster, Limewire ou Grooveshark, il ne dispose d'aucune licence, ni de base légale. Nous n'allons pas autoriser qu'un tel service vienne bafouer les droits des créateurs de musique", explique l'association des ayants-droit RIAA.

Ils réclament 3 millions de dollars de dommages

Dans leur document, les maisons de disques livrent une série d'arguments pour prouver le caractère frauduleux d'Aurous. Ils expliquent notamment que ce logiciel s'appuie principalement sur le site pirate russe Pleer pour trouver des torrents à télécharger. Par ailleurs, ils estiment qu'Aurous permettrait à Andrew Sampson de développer une base d'utilisateurs qu'il pourra ensuite monétiser sous une forme ou une autre. Ils produisent également une liste de 20 fichiers musicaux disponibles via Aurous et réclament des dommages à hauteur de 150.000 dollars pour chacun d'eux. Soit un total de 3 millions de dollars.

Mais Andrew Sampson ne paraît pas vraiment inquiet. Sur le fil Twitter @Aurous, il a expliqué à ses followers que cette plainte était "vide" et qu'elle ne stoppera pas "l'innovation du prochain meilleur lecteur média". Par ailleurs, il nie vouloir profiter d'Aurous pour gagner de l'argent. "Vous avez vu des pubs quelque part? Nous surement pas", écrit-il, avant d'ajouter: "Nous allons combattre la RIAA et gagner".

En septembre dernier, le développeur avait assuré que "l’application elle-même est décentralisée, rien ne passe par un serveur tiers pour les fonctions primaires. Même si en tant que projet, le développement est arrêté et que nous fermons notre site web, l’application va continuer à fonctionner sans aucun problème".

-
- © -

a lire aussi sur 01net.com

Le fonctionnement d'Aurous en détails

Gilbert Kallenborn