BFM Tech

Après la mort de son mari, elle récupère plus facilement sa maison que son mot de passe iCloud

-

- - BFMTV

Au Canada, une femme ayant perdu son mari s’est vu refuser par Apple le droit d’obtenir son mot de passe iCloud.

Peggy Bush apprécie les jeux téléchargés sur l’iPad qu’elle partageait avec son mari, David. Mais lorsque celui-ci s’éteint en août 2015, elle ne soupçonne pas qu’elle aura tant de mal à profiter des contenus qu’ils avaient achetés. Après le décès, la veuve se rend compte qu’elle ne connaît pas le mot de passe correspondant au compte iCloud, alors au nom de son époux. Elle contacte l’assistance d’Apple qui lui demande alors un certificat de décès. Après avoir fourni le document, elle se voit finalement demander par la marque une ordonnance du tribunal.

Bien sûr, la Canadienne de 72 ans aurait pu se contenter de réinitialiser la tablette pour repartir de zéro. Mais elle aurait alors dû racheter une seconde fois tous les contenus payants qui avaient déjà été payés. “Le certificat de décès et le testament ont pourtant suffi pour la transmission de la maison et de la voiture” déplore Donna, la fille de Peggy Bush, à CBC. “Tout ce que je voulais était de télécharger un jeu de cartes sur iPad pour ma mère”, ajoute-t-elle.

Mais demander une ordonnance du tribunal est une procédure longue, qui peut coûter plusieurs milliers de dollars au Canada. Après la médiatisation de l'affaire, Apple a finalement accepté de communiquer le mot de passe à Peggy Bush. Mais juridiquement, cela reste une exception.

L'héritage numérique en question

Si l’histoire peut sembler anecdotique, elle met en lumière une problématique à laquelle sont confrontés de nombreux internautes. Actuellement, les conditions d’utilisation - pour la France - d’iCloud sont claires:

"Sauf obligation contraire imposée par la loi, vous acceptez que votre Compte est incessible et que tous les droits liés à votre identifiant Apple ou Contenu dans le cadre de votre Compte seront résiliés au moment de votre décès. Dès réception d’une copie d’un certificat de décès, votre Compte pourra être résilié et l’intégralité du Contenu de votre Compte pourra être supprimée"

Même en ayant payé les contenus, l’utilisateur doit donc se contenter d’un droit d’usage, mais ne pourra en aucun cas les céder à qui que ce soit. Apple n’est pas le seul géant du Web à faire face à ces sujets. En 2013, Google créait une fonction “testamentaire” qui permettait de choisir ce que deviendraient ses données après sa mort.

Depuis février dernier, Facebook permet également à tout utilisateur de désigner une personne à qui léguer les accès permettant d’accéder à son compte. Des questions qui se poseront bientôt à très grande échelle : si Facebook existe encore dans 50 ans, il pourrait alors compter davantage de membres décédés que vivants.

Les options données par Facebook en cas de décès
Les options données par Facebook en cas de décès © BFMTV

Mais avec Apple, les enjeux autour des données personnelles s’ajoutent à ceux concernant les achats d’applications, de films ou de morceaux de musique. Or l’accès à l'ensemble des informations privées - comme les mails - d’un défunt pourrait poser de nouveaux problèmes, par exemple dans le cas de batailles juridiques pour une succession. De son côté, Peggy Bush a finalement opté pour l’achat d’un nouvel ordinateur. Sous Windows.

Raphael Grably