BFM Business

RR Crypto, ce mystérieux fonds de cryptomonnaies qui a disparu avec des millions d’euros

Le bitcoin chute sous les 30.000 dollars

Le bitcoin chute sous les 30.000 dollars - AFP

Une association française baptisée RR Crypto proposait des services de gestion de cryptomonnaies depuis 2019. Son fondateur affirme que l’argent a disparu.

C’est une histoire aussi rocambolesque que dramatique pour des centaines d’investisseurs amateurs de cryptomonnaies, dont les premiers éléments ont été révélés par le site spécialisé Journal du Coin. Dans un mail envoyé ce 20 juin aux investisseurs, Vincent Ropiot, le créateur d’un fonds basé près de Dijon et baptisé RR Crypto, a annoncé la disparition pure et simple des actifs.

2000 victimes recensées

“Je soussigné, Vincent ROPIOT, président fondateur et dirigeant de l’association RR Crypto, ai pris connaissance durant le mois de mars 2021 que le portefeuille de cryptoactifs ouvert sur la plateforme Binance, sur lequel l’ensemble des fonds confiés en gestion par nos clients sont conservés, a été réinitialisé. J’ai le regret de vous informer qu’à ce jour, les fonds ne sont plus présents sur le portefeuille, sans accès à l’historique de ce dernier” ont pu lire les investisseurs ce dimanche.

En quelques lignes, les victimes de RR Crypto sont alors avisées de la perte de l’intégralité de leur capital. Si le site Journal du Coin évoque la disparition de près de 60 millions d’euros au total, ce montant n’a toutefois pas pu être confirmé.

Introduction du mail envoyé par Vincent Ropiot aux investisseurs de RR Crypto
Introduction du mail envoyé par Vincent Ropiot aux investisseurs de RR Crypto © BFMTV

D’après deux anciens salariés de RR Crypto contactés par BFMTV et ayant souhaité conserver l’anonymat, le fonds, qui a le statut juridique d’une association (loi 1901), employait jusqu’à il y a quelques jours au moins une dizaine de commerciaux chargés d’attirer de nouveaux clients. Des employés invités à investir eux-mêmes leurs revenus dans le système, assurant désormais en être les premières victimes.

“Bon nombre d’anciens employés et collaborateurs de RR Crypto ont tout perdu: leur épargne, leur emploi et plus encore, leur réputation” affirme Daniel Arroche, avocat spécialisé dans les crypto-actifs, à BFMTV.

Selon une autre source juridique ayant eu accès à des documents internes à l’association, quelque 2000 victimes seraient recensées, avec un panier moyen toutefois inconnu. Certains cas se chiffreraient en centaines de milliers d’euros de pertes.

Plusieurs signaux d’alertes avaient été diffusés en ligne dès l’été 2020, notamment sur le forum CryptoFR, concernant des promesses de rendement de 10%, poussant certains habitués des cryptomonnaies à évoquer le terme d’arnaque. Une qualification alors fermement réfutée par Vincent Ropiot dans une réponse mise en ligne le 31 août 2020.

Pas de statut AMF

En février 2021, le fondateur de RR Crypto accorde une interview au site Dijon l'Hebdo. Après avoir évoqué le chiffre de 1500 investisseurs, il assure avoir entamé des démarches auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) afin d’obtenir le statut de prestataire de services sur actifs numériques (PSAN).

Un statut indispensable pour toute entreprise proposant des services de gestion de cryptomonnaies. Interrogé par BFMTV, l’AMF précise que RR Crypto ne dispose pas d’un tel statut.

Sur son site, RR Crypto affirme être “partenaire” de l’Association pour le développement des actifs numériques (ADAN), créée par des acteurs réputés désirant faire la promotion des technologies liées aux cryptomonnaies.

“RR Crypto a adhéré à l’ADAN en juin 2020. Nous n’avons pas reçu de signaux d’alerte. Contrairement à ce qui est écrit sur leur site, ils ont été de simples adhérents jusqu’au début du mois de juin 2021, mais pas un partenaire. Nous allons davantage faire attention à ce que les membres ne nous utilisent pas comme un label, car ce n’est pas le sens de l’association” assure Sébastien Couture, directeur de la communication de l’ADAN, auprès de BFMTV.

Inconnu chez Binance

Autre acteur mentionné dans le dossier: Binance, la plus grande plateforme d’échange de cryptomonnaies au monde, basée à Hong-Kong, qui aurait selon Vincent Ropiot “réinitialisé” le portefeuille numérique de RR Crypto.

“RR Crypto ne détient aucun compte d'entreprise avec Binance. Binance n'a pas de processus pour ‘réinitialiser’ les fonds enregistrés” réplique l’entreprise, interrogée par BFMTV.

Pour l’heure, il est impossible de savoir si les fonds ont été déposés chez Binance sous un autre nom, ou si ce portefeuille était totalement fictif. Un ancien salarié de RR Crypto assure à BFMTV que seul Vincent Ropiot avait accès aux comptes de gestion des cryptomonnaies, censés être hébergés chez Binance.

Exemple de tableau récapitulatif de performances envoyé aux investisseurs de RR Crypto
Exemple de tableau récapitulatif de performances envoyé aux investisseurs de RR Crypto © BFMTV

Chaque mois, RR Crypto faisait parvenir aux investisseurs des tableaux récapitulatifs démontrant les performances financières de leurs investissements. Des documents qu’a pu consulter BFMTV, générés sans que n’apparaisse de référence directe à un compte Binance.

De façon pour le moins étonnante, cette communication de résultats financiers s’est poursuivie jusqu’au mois de juin, bien que Vincent Ropiot affirme dans son mail avoir été mis au courant de cette disparition des fonds dès le mois de mars.

Vers une plainte collective

Après la stupeur, les victimes tentent désormais de se rassembler avec comme projet de créer une association pour déposer une plainte collective. Une enquête a été ouverte ce 22 juin par le parquet de Paris pour "vol en bande organisée, atteintes à un système de traitement automatisé de données et blanchiment en bande organisée".

“Tout cela nécessite d’avoir des enquêteurs spécialisés. En France, nous avons par exemple le parquet national financier. On voit bien que sur de tels sujets, un parquet national du numérique, doté d’une véritable expertise sur des sujets aussi pointus, serait utile” plaide Adrien Basdevant, avocat spécialisé dans le numérique et membre du Conseil national du numérique, auprès de BFMTV.

Avec d’autres, il pourrait s’investir dans l’action collective contre RR Crypto. Restent pour l’heure de nombreuses questions en suspens concernant le nombre exact de victimes, la nature et l’ampleur d’une hypothétique fraude et la responsabilité de Vincent Ropiot, désormais injoignable.

Dans le mail envoyé aux investisseurs ce 20 juin, il assure lui-même avoir déposé une plainte, sans en préciser les raisons. Ajoutant une phrase énigmatique: “je suis à ce jour le seul et unique responsable de cette situation”.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech