BFM Business

Quand Dessange et Provost se crêpent le chignon à Cannes

Jacques Dessange investit plus de 400.000 euros par an dans le festival

Jacques Dessange investit plus de 400.000 euros par an dans le festival - Dessange

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. Jacques Dessange est partenaire officiel du festival de Cannes depuis de nombreuses années. Mais son rival Franck Provost n'a eu de cesse de mettre en avant sa présence sur la Croisette, entretenant la confusion jusqu'à ce que la justice y mette récemment un terme.

Chaque année, lors du festival de Cannes, Franck Provost déploie un important dispositif marketing sur internet, ou dans son magazine distribué dans ses salons. Il y utilise abondamment les termes "Cannes", "festival de Cannes", "tapis rouge", "red carpet", "croisette", "montée des marches".

Franck Provost organise aussi des jeux concours baptisés Spécial festival de Cannes, Grand jeu VIP inside Cannes, ou Cannes forever, avec des textes du genre: "Pour la 18ème édition consécutive, Franck Provost et son équipe de coiffeurs sublimeront les stars sur le tapis rouge... Et pour cette nouvelle édition, Franck Provost invitera quotidiennement ses fans dans les coulisses du Festival de Cannes, au travers de son grand jeu VIP Inside Cannes".

Son magazine reproduit aussi la palme et l'affiche du festival, accompagné de textes du genre: "Festival de Cannes, de Cabourg... Franck Provost est sur tous les tapis rouges!". Par ailleurs, il utilise sur Twitter des hashtags du genre #Cannes2016. Et il a déposé des nom de domaines du type franckprovost-cannes2016.com. Et bien sûr, il utilise abondamment son slogan de "coiffeur officiel des femmes". Un mitraillage marketing tel que dans plusieurs journaux, Franck Provost se voit attribuer le titre de partenaire officiel du festival. Et la page Facebook de Franck Provost renverra vers un de ses articles...

Il y a juste un petit problème: c'est faux. Le coiffeur officiel du festival est son grand rival Jacques Dessange, qui a signé pour cela différents accords avec le festival depuis 1994. Ces accords lui permettent d'utiliser le titre de "coiffeur officiel" et le logo en forme de palme. Selon Jacques Dessange, ce partenariat représente un investissement de plus de 400.000 euros par an. Furieux du comportement de son rival, Dessange finit par l'attaquer devant le tribunal de commerce de Paris pour "concurrence déloyale" et "parasitisme", et réclamant 1,65 million d'euros de dommages.

Confusion délibérée

Las! Le tribunal a débouté Jacques Dessange, qui a alors fait appel, avec plus de succès. La cour d'appel vient de juger:

"Les termes tels que 'montée des marches', '7ème art' ou 'Cannes' avec la date du festival ne font pas partie des droits concédés à la société Dessange par le festival, et font partie du langage commun et de libre emploi. De même, il ne saurait être reproché à la société Provost d'insister sur son activité à l'occasion de ce festival, et de privilégier le festival dans ses documents commerciaux, en faisant notamment état du nombre de ses années de présence, ni de consacrer dans son magazine semestriel plus de pages à ce festival qu'à tout autre événement.
La liberté du commerce ne saurait autoriser la société Provost à créer une confusion, et à l'entretenir au détriment de la société Dessange, en ce que la société Dessange a seule des liens de partenariat lui assurant à titre exclusif le titre de partenaire officiel, ni à tromper le consommateur sur sa qualité et à le détourner de son concurrent, profitant ainsi sans bourse déliée des investissements réalisés par la société Dessange pour financer ce partenariat.
La société Provost revendique le droit à l'occasion de ce festival d'utiliser le slogan 'coiffeur officiel des femmes', et prétend que ce slogan figure sur l'ensemble de ses communications commerciales tout au long de l'année. Dès lors que ce slogan est utilisé dans le cadre d'un événement particulier qui repose sur des participations financières d'entreprises, le terme 'officiel' acquiert une signification spécifique pour désigner ces participants. Dès lors, l'emploi par la société Provost des termes 'coiffeur officiel des femmes' était, dans le cadre du festival, ambigu, prêtant à confusion.
De plus, la société Provost a volontairement cultivé cette ambiguïté en associant sur toutes sortes de supports publicitaires les expressions 'coiffeur officiel des femmes' et celles de 'Cannes' et de 'Festival de Cannes', et en se présentant comme 'un des acteurs beauté majeur du Festival de Cannes', en écrivant 'A Cannes toutes ces femmes jurent par le même coiffeur'. De même sur les réseaux sociaux, elle publie des messages entretenant l'idée d'un partenariat, évoquant 'une fabuleuse histoire d'amour entre Franck Provost et le Festival de Cannes', 'une idylle qui date de 20 ans déjà', 'un 20ème anniversaire de mariage', laissant ainsi faussement croire à l'existence d'un lien contractuel qui perdure depuis des années. Par ailleurs, décrivant son activité à Cannes, la société Provost écrit 'Cannes backstage. Une équipe au top [...] toujours prêts à satisfaire les moindres désirs des stars', laissant croire que ses équipes ont un accès privilégié aux coulisses du festival, qu'elles seraient à la dispositions des stars, et donc qu'elle est un partenaire du festival.
L'ensemble de ces informations laissent faussement croire auprès du public que la société Provost est partenaire du festival, d'autant qu'elle utilise la référence au festival pour les promouvoir, écrivant: 'Si Franck Provost est le coiffeur officiel de nombreux tapis rouges et festivals, c'est que les stars lui font confiance... La laque Extra forte est le produit phare utilisé par les coiffeurs studio au Festival de Cannes notamment'.
A l'occasion des éditions 2013 et 2014, la société Provost a également utilisé l'affiche et la palme du festival sans autorisation à des fins promotionnelles; la société Provost ne saurait s'exonérer de sa responsabilité en invoquant des fautes de ses salariés et leur licenciement.
Il apparaît que la société Provost a ainsi volontairement mis en oeuvre une stratégie publicitaire et promotionnelle qui conduit la presse et le consommateur d'attention moyenne à lui attribuer depuis plusieurs années, à tort, la qualité de partenaire officiel du festival de Cannes, alors même qu'elle n'a pas réalisé d'investissement pour bénéficier de titre, ce qui caractérise un comportement commercial déloyal et fautif vis à vis de la société Dessange, seul partenaire officiel"

La cour d'appel vient donc de condamner Franck Provost à verser à Jacques Dessange 120.000 euros de dommages.

A noter que le festival de Cannes avait envoyé plusieurs mises en demeure à Franck Provost, puis est intervenu en appel au soutien de Jacques Dessange, estimant que Franck Provost se livrait à de l'"ambush marketing". En 2015, Franck Provost avait reproduit sur son site l'affiche du festival, mais l'avait immédiatement retirée et signé une transaction amiable avec le festival.

Contactée, l'avocate de Franck Provost Vanessa Benichou, a indiqué ne pas avoir décidé si elle se pourvoyait en cassation.

Jamal Henni et Simon Tenenbaum