BFM Business

Pierre Moscovici: "Taxer les Gafa d'ici la fin de l'année, c'est possible"

Invité de Jean-Jacques Bourdin ce matin, le Commissaire européen à l'économie assure qu'il mettra tout son poids pour convaincre les ministres des finances européens pour adopter une taxe de 3% sur le chiffre d'affaires des géants du net.

Les géants du net vont-ils enfin payer leurs impôts? Pierre Moscovici se veut confiant en tout cas. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce matin sur BFMTV, le commissaire européen à l'économie a assuré "qu'il mettait tout son poids pour convaincre les ministres des finances de l'UE" d'adopter une taxe de 3% sur le chiffre d'affaires des géants du numérique connus pour faire de l'optimisation fiscale. 

Cette proposition de la Commission européenne est en train d'être discuté au Conseil des ministres des finances européens et Pierre Moscovici pense que qu'elle pourrait rapidement voir le jour. "J'ai vu pas mal de ministres des finances qui étaient très opposés et qui sont en train de dégeler leur position et ça évolue bien, assure le commissaire européen. Je mettrais tout mon poids et toute mon énergie pour qu'on parvienne à avoir cette taxation du numérique d'ici la fin de l'année 2018."

"Le citoyen ne le supporte pas"

Une mesure de justice selon lui. "Une entreprise normale paie en moyenne 23% d'impôt sur les sociétés dans l'Union européenne alors que les entreprises qui font plus de 750 millions d'euros de chiffre d'affaires dans le numérique paient 9% et les plus grandes ne paient presque rien, ça n'est pas normal, le citoyen ne le supporte pas, il a raison."

Une taxe pour laquelle de nombreux pays comme l'Irlande se sont toutefois opposés et qui n'est pas facile à mettre en oeuvre. "La difficulté c'est qu'il faut identifier la présence digitale: quand vous taxer une entreprise aujourd'hui vous taxer sa présence physique. Pour une entreprise du net vous n'avez pas tout ça, vous n'avez pas d'usines, d'employés..., explique Pierre Moscovici. Il faut isoler cette présence digitale en fonction du clics de contrats et ça c'est une tâche internationale."

F.B.