BFM Tech

Reconnaissance faciale: Windows 10 est capable de distinguer des jumeaux

-

- - Michael Nagle - AFP

La dernière version du système d'exploitation de Microsoft a plus d'un atout dans sa manche. Dernier en date: Windows 10 est capable de discerner deux jumeaux grâce à son système de reconnaissance faciale.

Windows 10 serait-elle la version réussie du système d'exploitation après laquelle court Microsoft depuis des années? La dernière mouture de l'interface de l'entreprise américaine est dotée d'une fonctionnalité de reconnaissance faciale, notamment proposée pour associer un utilisateur à sa session d'ordinateur. Une option nommée Windows Hello et particulièrement précise, puisqu'elle serait capable de faire la différence entre deux jumeaux, affirme le site The Australian.

Succès systématique

S'il ne s'agit pas d'une étude scientifique à proprement parler, les résultats sont probants. Le portail australien a travaillé en collaboration avec l'organisation The Australian Twins Registry, qui liste les jumeaux dans le pays. Six paires de jumeaux ressemblants ont ensuite été mises face à un ordinateur équipé de Windows Hello, un seul des deux jumeaux étant identifié au préalable par le logiciel. Chaque essai a été couronné de succès.

Pourquoi est-ce une bonne nouvelle? Jusqu'ici, les systèmes de reconnaissance faciale étaient régulièrement décriés pour leurs erreurs de jugement. En juillet dernier, le logiciel équivalent de Google, destiné à la photo, avait confondu le portrait d'Afro-américains avec des gorilles. Une polémique qui avait incité le géant américain à présenter ses excuses. "Nous prenons immédiatement des mesures pour éviter une répétition de ce genre d'erreur", avait déclaré un porte-parole de Google.

Un taux d'échec de un pour 100.000

Pour que Windows Hello fonctionne, il faut tout d'abord être équipé d'un ordinateur équipé d'une Webcam compatible avec la technologie RealSense 3D développée par Intel. Une technologie qui, à en croire le développeur de logiciels, permet à l'ordinateur de faire une analyse faciale proche de celle de l'oeil humain. Et d'après les tests de Microsoft, le taux d'échec est de seulement un pour 100.000.