BFM Business

Les tunnels d'Elon Musk sont creusés à l'aide d'une simple manette de Xbox

La firme américaine The Boring Company d'Elon Musk qui creuse des tunnels, montre en images qu'elle contrôle l'un de ses engins avec une manette de jeu de la console Xbox de Microsoft. La Marine américaine en utilise déjà à bord d'un de ses récents sous-marins.

Quand une manette de jeu est connectée à toute autre chose qu'une console pour piloter... un engin industriel. Jamais à court d'idées pour faire parler de ses sociétés de manière décalée, Elon Musk est sans doute à l'origine de la publication par The Boring Company d'une vidéo sur Twitter (cf illustration ci-dessous) montrant un de ses tunneliers contrôlé par une manette de jeu standard qui en manoeuvre certains de ses éléments.

Cette société a pour spécialité le creusement de tunnels outre-Atlantique pour désengorger les villes de la circulation automobile en surface. The Boring Company est train d'en creuser dans le sous-sol de Los Angeles ou bientôt à Chicago. En l'occurrence, avec sa vidéo, la firme d'Elon Musk fait coup double, présentant à la fois l'un de ses tunneliers les plus récents et sa capacité à savoir le piloter (au moins partiellement) grâce à une manette de console de jeu Xbox de Microsoft.

Au lieu de développer et concevoir une manette de pilotage personnalisée, l'utilisation d'une manette de jeu Xbox -avec son ergonomie éprouvée et sa palette large de commandes-, constitue une alternative rentable (car peu chère) en milieu industriel pour de nombreuses entreprises, y compris celles du secteur militaire. Microsoft a d'ailleurs dépensé plus de 100 millions de dollars pour développer cette manette, explique Techcrunch

Dans l'un ses derniers sous-marins, l'USS Colorado mis à l'eau en mars 2018, l’US Navy a utilisé une manette d'Xbox 360 pour manœuvrer des périscopes sous-marins de dernière génération. "L'utilisation de technologies standards permet à la fois d'économiser de l'argent et sont d'un usage intuitif pour les marins qui les utilisent", expliquait l'officier de commandement du sous-marin, au quotidien USA Today.

Frédéric Bergé