BFM Business

Le ministère de l'Agriculture veut recruter sur le jeu Farming Simulator

Focus Home connaît un succès commercial exceptionnel grâce à son blockbuster Farming Simulator.

Focus Home connaît un succès commercial exceptionnel grâce à son blockbuster Farming Simulator. - Focus Home

Le gouvernement veut remettre l'agriculture au goût du jour. En créant un concours grâce au jeu vidéo Farming Simulator, elle espère faire découvrir aux jeunes les meilleurs aspects du métier, qui peine à recruter.

Le gouvernement veut susciter de nouvelles passions dans l'agriculture. Regrettant une profession qui peine à attirer les jeunes, le ministère de l'Agriculture met en place un concours sur le célèbre jeu Farming Simulator, un simulateur où l'on peut gérer sa propre exploitation agricole.

Ce tournoi a pour vocation de présenter plus en détails les différents aspects du métier, avec un accent fait sur la transition écologique et le bien-être animal. Après les phases de qualification en équipe organisées les 27 et 28 novembre prochains, une finale sera également organisée, le 6 décembre, sur la plateforme de diffusion en direct Twitch, selon le média spécialisé Réussir.

Dans ce jeu, qui connaît un très grand succès, le joueur doit développer de A à Z sa ferme, avec ses véhicules agricoles et ses champs. Développé par le studio Focus Home, Farming Simulator est réédité chaque année dans une nouvelle version, dont la prochaine sort le 22 novembre prochain.

Pour que l'agriculture attire à nouveau

Cet appel aux "15-30 ans, fans de gaming et de e-sport", selon les mots du ministère relayés par le Journal du Dimanche, intervient alors que l'agriculture est de moins en moins plebiscitée par les jeunes. Selon le journal, un agriculteur sur deux sera en âge de prendre sa retraite dans les dix prochaines années.

Dans le cadre du plan "France 2030", le président de la République Emmanuel Macron a annoncé 2 milliards d'euros d'investissement dans le secteur. Ils seront dédiés à des innovations de "rupture", qui doivent conduire vers une "nouvelle révolution de l'alimentation saine, durable et traçable". Le chef de l'État a mentionné les secteurs du numérique, de la robotique et de la génétique.

Victoria Beurnez